Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Première règle d’or de la composition écrite : la compréhension du sujet

 

IMG-20140109-00687.jpg

Où il est question de bien comprendre un sujet

Repères : thème des examens : la composition écrite

L’art de disséquer la question

Après avoir vu un angle particulier, l’étonnement, permettant d’appréhender différemment la philosophie, il convient aujourd’hui de nous intéresser à l’art de la composition écrite.

La dissertation, puisque c’est de cela dont il s’agit en l’espèce, repose avant tout sur une bonne compréhension du sujet. En philosophie comme en Français, il faut pénétrer le sens de la question.

Comment me direz-vous ? En décortiquant la question…

 

Du brouillon

Simplement. Il suffit de reprendre sur une feuille de brouillon les termes de l’énoncé pris de manière isolée avant de les associer.

 

Sujet de philosophie

Prenons un exemple : « Le langage n'est-il qu'un outil ? »  On voit bien que l’on peut séparer quatre éléments :    

 

          Le langage : qu’est-ce que le langage : Logos

 

Un outil : un instrument, un moyen et non pas une fin en soi

 

Le verbe être : ce qui est, une identité entre le langage et l’outil : langage=outil

 

Tournure restrictive ne… que : ne serait-il que cela ou autre chose ?

 

 

 

Puis, il convient de les assembler pour former des éléments de discussion utiles :

 

Le langage n’est-t-il pas une fin en soi ?

 

Le langage est une simple fonction ?

 

Le langage / outil/ l’homme : propre de l’homme, c’est le langage.

D’outil, le langage devient en fait un élément constitutif de la nature humaine

 

 

Quatre points d’orientation nécessaire à l’élaboration d’un plan que nous verrons dans un prochain article.

Voyons, si vous le voulez bien, le même exercice du côté de l’épreuve de français.

 

Sujet de français

Prenons l’exemple : « Le romancier doit-il nécessairement faire de ses personnages des êtres extraordinaires ? ». On peut ainsi dégager six axes :

 

Le romancier : roman à l’exclusion de la poésie et des drames

Devoir : contrainte propre au roman ; obligation

Nécessairement : incontournable ?  absolument

Faire : créer, donner vie, imaginer, pouvoir créateur de l’auteur

Personnages : principaux, secondaires, être fictifs/ être réels

êtres extraordinaires : hors du commun, héros, héroïne, sublimation

 

 

On obtient alors lorsqu’on réunit les éléments :

 

Le roman suppose-t-il des contraintes ?

Quel est le pouvoir du romancier sur ses personnages ?

Le roman doit-il sublimer ses personnages ?

Le roman doit-il échapper au réel ?

 

 

Il restera dans un prochain article à aborder la fastidieuse la question du plan.

 

Repères : thème des examens : la question du plan

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article