Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

Une industrie planifiée

Repères : thème de l’industrie : présentation

Dans l’article précédent, nous avons évoqué l’organisation des ouvriers au Moyen-âge et les méfaits de la loi Le Chapelier du 14 juin 1791, abordons aujourd’hui le cas des manufactures royales créées sous Louis XIV. Ce dernier lance par l'intermédiaire de son ministre Colbert un vaste plan « d’industrialisation » du pays avec la création d’usines, de manufactures, destinées à recevoir des maîtres étrangers, flamands ou vénitiens, appelés à former les ouvriers français.

On peut se rendre compte qu’il s’agit déjà pour l’Etat de privilégier la production française et non plus européenne. On retrouve les manufactures de tapisserie, de glaces qui ont fait et font encore la gloire de la France…

Avec ce texte, on se rend compte que Louis XIV a créé une nouvelle ère « industrielle »…

****

« Depuis l’an 1663 jusqu’en 1672, chaque année de ce ministère fut marquée par l’établissement de quelque manufacture. Les draps fins qu’on tirait auparavant d’Angleterre, de Hollande, furent fabriqués dans Abbeville. Le roi avançait au manufacturier deux mille livres par chaque métier battant, outre des gratifications considérables. On compta, dans l’année 1669, quarante-quatre mille deux cents métiers en laine dans le royaume. Les manufactures de soie perfectionnées produisirent un commerce de plus de cinquante millions de ce temps-là ; et non-seulement l’avantage qu’on en tirait était beaucoup au-dessus de l’achat des soies nécessaires, mais la culture des mûriers mit les fabricant en état de se passer des soies étrangères pour la trame des étoffes.

On commença dès 1666 à faire d’aussi belles glaces qu’à Venise, qui en avait toujours fourni toute l’Europe ; et bientôt on en fit dont la grandeur et la beauté n’ont pu jamais être imitées ailleurs. Les tapisseries de Flandres cédèrent à celles des Gobelins. Ce vaste enclos des Gobelins était rempli alors de plus de huit cents ouvriers ; il y en avait trois cents qu’on y logeait : les meilleurs peintres dirigeaient l’ouvrage, ou sur leurs propres dessins, ou sur ceux des anciens maîtres d’Italie. C’est dans cette enceinte des Gobelins qu’on fabriquait encore des ouvrages de rapport, espèce de mosaïque admirable ; et l’art de la marqueterie fut poussé à sa perfection.

Outre cette belle manufacture de tapisseries aux Gobelins, on en établit une autre à Beauvais. Le premier manufacturier eut six cents ouvriers dans cette ville ; et le roi lui fit présent de soixante mille livres.

Seize cents filles furent occupées aux ouvrages de dentelles : on fit venir trente principales ouvrières de Venise, et deux cents de Flandre ; et on leur donna trente-six mille livres pour les encourager.

Les fabriques de draps de Sedan, celle des tapisseries d’Aubusson, dégénérées et tombées, furent rétablies. Les riches étoffes, où la soie se mêle avec l’or et l’argent, se fabriquèrent à Lyon, à Tours, avec une industrie nouvelle.

On sait que le ministère acheta en Angleterre le secret de cette machine ingénieuse avec laquelle on fait les bas dix fois plus promptement qu’à l’aiguille. Le fer-blanc, l’acier, la belle faïence, les cuirs maroquinés qu’on avait toujours fait venir de loin, furent travaillés en France. Mais des calvinistes, qui avaient le secret du fer-blanc et de l’acier, emportèrent, en 1686, ce secret avec eux, et firent partager cet avantage et beaucoup d’autres à des nations étrangères.

Le roi achetait tous les ans pour environ huit cent mille de nos livres de tous les ouvrages de goût qu’on fabriquait dans son royaume, et il en faisait des présents."

Le Siècle de Louis XIV, Voltaire

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle_de_Louis_XIV/29

 

Repères à suivre : présentation : la division du travail (Adam Smith)

 

Manufacture royale de glaces de miroirs

Manufacture royale de glaces de miroirs

Commenter cet article