Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Faits divers en vers

 

Le fait divers concerne tous les domaines de la littérature. Ainsi la poésie s’en inspire-t-elle notamment avec Guillaume Apollinaire.

Apollinaire, poésie, chant d'honneur, fait, divers, thème, analyse

 

 Repères : fait divers : présentation

 

Dans l’article précédent, nous avons évoqué les différents genres littéraires investis par le fait divers. Prenons aujourd’hui la poésie et plus spécialement, celle en vers.

 

La Beauté du monde 

Dans son poème, Chant d’honneur, Apollinaire rapporte un fait divers, prétexte à l’évocation d’une métaphore. Le titre, parfait homophone, joue sur les mots : champ d’honneur avec chant d’honneur. 

Le poète s’exprime à la première personne pour louer le sacrifice de ses compagnons d’armes. Pour ce faire, il part d’un fait divers vrai ou supposé relatif  au rapt d’enfants qu’il compare à la disparition, toute aussi brutale, des poilus dans les tranchées. 

Le champ lexical de l’Art se trouve en creux dans ce poème, lui-même calligramme. Le sens et la forme se tiennent pour exprimer la beauté de ce qui ne dure pas…

 

CHANT DE L’HONNEUR 

Je me souviens ce soir de ce drame indien
Le Chariot d’Enfant un voleur y survient
Qui pense avant de faire un trou dans la muraille
Quelle forme il convient de donner à l’entaille
Afin que la beauté ne perde pas ses droits
Même au moment d’un crime

 Et nous aurions je crois
À l’instant de périr nous poètes nous hommes
Un souci de même ordre à la guerre où nous sommes

Mais ici comme ailleurs je le sais la beauté
N’est la plupart du temps que la simplicité

Et combien j’en ai vu qui morts dans la tranchée
Étaient restés debout et la tête penchée
S’appuyant simplement contre le parapet

J’en vis quatre une fois qu’un même obus frappait
Ils restèrent longtemps ainsi morts et très crânes
Avec l’aspect penché de quatre tours pisanes

Depuis dix jours au fond d’un couloir trop étroit
Dans les éboulements et la boue et le froid
Parmi la chair qui souffre et dans la pourriture
Anxieux nous gardons la route de Tahure

J’ai plus que les trois cœurs des poulpes pour souffrir
Vos cœurs sont tous en moi je sens chaque blessure
Ô mes soldats souffrants ô blessés à mourir

Cette nuit est si belle où la balle roucoule
Tout un fleuve d’obus sur nos têtes s’écoule
Parfois une fusée illumine la nuit
C’est une fleur qui s’ouvre et puis s’évanouit
La terre se lamente et comme une marée
Monte le flot chantant dans mon abri de craie
Séjour de l’insomnie incertaine maison
De l’Alerte la Mort et la Démangeaison

Guillaume Apollinaire, Chant d’honneur, extrait du recueil Calligrammes (1918)

https://fr.wikisource.org/wiki/Calligrammes/Chant_de_l’honneur

 

Repère à suivre : fait divers en prose.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article