Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L’engagement féministe de George Sand 

George Sand est une figure marquante de la littérature du XIXe siècle, mais aussi une personnalité qui a œuvré pour la cause des femmes, mais pas de la manière dont on l'entend communément. Elle revendique des droits civils avant les droits civiques...

 

féminisme, George Sand, femmes, engagement, originalité, droits

 

Repères : George Sand : vie littéraire

 

Dans l’article précédent, nous avons exploré le domaine de Nohant que George Sand a habité avec passion. Découvrons aujourd’hui son féminisme et engagement vis-à-vis des femmes. C’est en termes de chronologie, le premier combat qu’elle mène avec sa plume.

 

Féministe

George Sand a œuvré pour la cause des femmes de différentes manières. Son désir de vivre libre au gré de ses passions constitue en premier lieu un exemple remarquable ; elle a fait montre d’un anticonformisme particulièrement courageux compte tenu des préjugés de l’époque. En outre, sa volonté de travailler comme un homme pour s’assurer sa propre indépendance financière est clairement un fait à noter. Elle le disait expressément à sa fille avec des mots évocateurs d’une pensée terriblement moderne :

« Je n’ai vraiment commencé à pouvoir vivre que le jour où j’ai travaillé pour vivre. » (Corr. Tome X, à Solange Clésinger, 14 novembre 1851) 

 

En troisième lieu, son engagement se lit également au travers de ses premiers romans portant clairement des prénoms évocateurs (Indiana, Lélia, Valentine, etc…) : elle y aborde, comme rarement dans la littérature, les aspirations des femmes au bonheur. En ce sens, la littérature romantique vise à mettre au jour des aspirations personnelles.  Et pourtant, elle n’écrit pas spécifiquement pour elles.

 

C’est aussi une personne qui se démarque des féministes de son époque. George Sand n’a jamais entendue être une quelconque icône dans leur combat d’avant-garde. Lorsque Eugénie Niboyetannonce le 6 avril 1848 la candidature de l’auteure aux élections, George Sand multiplie les déclarations de mise à distance vis-à-vis de cette « plaisanterie ». Elle le fait savoir dans la presse. Son parcours est donc à la fois singulier et solitaire.

 

Droits civils

On sait que George Sand a subi l’injustice du sort réservé à la femme mariée. Le mariage constitue à ses yeux une institution choquante, car il ne fait naître aucun sentiment partagé. Les épouses subissent le joug de leur conjoint. George Sand fait donc l’apologie des lois de l’amour qui brisent les conventions sociales sur l’autel du bonheur. Le bonheur devient pour elle la seule valeur morale. En phase avec son temps, les romans de George Sand trouvent immédiatement un écho dans la société. Il reste à comprendre la position de George Sand sur le droit de vote. On verra qu’elle n’associe pas les droits civils avec les droits civiques. Pourquoi ?

 

Droits civiques

Dans le 12eBulletin du gouvernement provisoire de la République d’avril 1848, George Sand écrit tout le mal qu’elle pense de la revendication du droit de vote pour les femmes :« C’est maintenant ou jamais que les femmes instruites, qui prétendent au titre de bons citoyens, doivent oublier leur personnalité ; et si elles veulent prouver leur mérite, c’est en faisant abnégation d’elles-mêmes pour ne s’occuper que des pauvres femmes et des pauvres filles du peuple. » 

 

Michèle Perrot indique que cette position rétrograde lui a aliéné les féministes de son temps. Comment l’expliquer ? Elle justifie cette non-revendication par le fait que George Sand misait en premier lieu sur l’instruction des filles avant toute chose. On sait combien le sort de ces dernières était négligé dans la société du XIXe siècle. L’éducation est le facteur clé de l’émancipation des femmes et donc de leur libre vote sans la contrainte du mari et de l’Église. 

 

Cette déclaration montre que c’est aussi un combat solidaire de femmes, les plus instruites devant prendre en charge leurs sœurs moins chanceuses. C’est bien ce que George Sand a travaillé à faire à Nohant avec ses domestiques illettrées, en leur apprenant à lire et à compter. 

 

La deuxième partie du combat de George Sand a concerné non plus la cause des femmes, mais la question sociale.

 

 

Source : https://gallica.bnf.fr/blog/12032018/george-sand-et-la-revolution-de-1848

 

Repère à suivre : l’engagement social de George Sand

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article