Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Flaubert et Madame Bovary

Flaubert, qui s’en est toujours défendu, s’est intéressé à trois sources principales, dont deux faits divers, pour écrire son célèbre roman, Madame Bovary.

Emma, Bovary, Flaubert, affaire, Delamare, fait, divers, thème
Journal de Rouen, 22 novembre 1890

 

 

Repères : fait divers : étude

 

Dans l’article précédent, nous avons vu que le fait divers se trouve ainsi compris entre source d’inspiration, simple prétexte et genre littéraire. Découvrons aujourd’hui le premier aspect, c’est-à-dire l’inspiration initiale donnée au roman.

 

Nous aborderons le cas de Flaubert dans son roman, Madame Bovary.

 

Originalité revendiquée

Dans un article dans ces colonnes, nous avions évoqué Flaubert et la justice. Il a été poursuivi dès la publication de ce roman pour délits d’outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. On a aussi vu dans quelles conditions Flaubert a fini par être acquitté

 

Mais ce que l’on sait moins en revanche, c’est que, dès la parution du roman, le public s’est évertué à chercher qui se trouvait derrière le masque de l’héroïne. D’aucuns y ont vu telle ou telle personne, ce qui a agacé prodigieusement Flaubert. Sa fierté en a même été piquée. Ce dernier s’est senti une nouvelle fois accusé, cette fois de manquer d’imagination et d’originalité.

 

Pour se défendre, Flaubert a revendiqué le caractère totalement fictif de son personnage. Dans une correspondance, il écrit ainsi ;

 « Madame Bovary n'a rien de vrai. C'est une histoire totalement inventée. » (Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie*)

 

Affaire Delamare

Il s’avère qu’après le décès de Flaubert, des études ont été menées sur la piste de l’héroïne. Écrivain et journaliste, Georges Dubosc croit l’avoir trouvée. Dans un article intitulé la véritable « Madame Bovary » du 22 novembre 1890, paru dans le journal de Rouen, il livre l’existence du procès Delamare et du village Ry, situé en Haute-Normandie :

Seconde femme d’un officier de santé, Delphine Delamare décède à la suite d’un empoisonnement au cyanure en 1848, après avoir contracté des dettes. Son mari meurt un an plus tard. On est en effet saisi par la ressemblance de ces faits. Le président des Amis de Flaubert sous-entend qu’il n’est pas impossible que, dans les milieux des médecins rouennais, l'histoire des époux Delamare soit arrivée à la connaissance de Flaubert puisque le médecin avait été un élève de son père, chirurgien en chef de l'Hôtel-Dieu de Rouen. Il reste qu’une nouvelle piste a vu le jour. Il s’agit d’un autre fait divers, l’affaire Lafarge.

 

Affaire Lafarge 

Il s’agit du destin d’une jeune fille désenchantée par son mariage ; elle a été reconnue coupable en 1840 d’empoisonnement sur la personne de son époux avant d’être condamnée à des travaux forcés à perpétuité.

 

Enfin on notera aussi l’influence des « Mémoires de madame Ludovico », alias Louise Pradier, qui a connu une vie amoureuse tumultueuse et des déboires financiers lesquels auraient pu être également une source d’inspiration pour Flaubert. 

 

Dans un prochain article, nous verrons le sort des mémoires d’un célèbre bagnard…

 

*Sources :

https://www.reseau-canope.fr/cndpfileadmin/mag-film/themes/madame-bovary-au-cinema-adaptation-reecriture/pistes-pour-letude/madame-bovary-de-la-genese-du-roman-aux-versions-a-lecran/

https://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=27#note_1

http://recherche.archivesdepartementales76.net/?id=viewer&doc=accounts%2Fmnesys_ad76%2Fdatas%2Fir%2Fjournaux_bibliotheque_archives%2FFRAD076_IR_BIB_journal_rouen%2Exml&page_ref=586394&lot_num=1&img_num=1&index_in_visu=

https://assoc-marielafarge.monsite-orange.fr/index.html

 

repère à suivre : Vidocq, Vautrin et Jean Valjean 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article