Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

La situation économique de la Grèce en 2014

Bilan des quatre ans de crise

Repères : carnet de voyage : Tour de Grèce

Quatre ans de crise

Quittons l’Hellenia pour revenir à la réalité et à la situation économique de la Grèce après avoir évoqué l’ampleur de la crise dont elle a fait l’objet.

Quelle est donc la situation de la Grèce en 2014 ? Athènes annonce un retour à la croissance avec une hausse du PIB  de 0,6% en 2014 et 2.9% en 2015*. La commission européenne a confirmé ces chiffres :

"Les progrès en matière de stabilité budgétaire et de compétitivité soutiennent la confiance et la reprise". "Tirés par les exportations et l'investissement, le PIB doit progresser en 2014", malgré "la baisse de la consommation liée à celle des revenus disponibles"**

C’est donc en s’engageant à restaurer ses finances publiques que la Grèce a pu obtenir  une injection dans son économie de 240 milliards d’euros à terme dans le budget national grec. La faillite de l’Etat dont la dette correspondait à 127% du Pib a été évitée.

Il reste que les sacrifices consentis se situent dans bien des domaines * :

  • Le marché du travail : déréglementé dans le privé ;  suppression de postes dans la fonction publique, baisse de salaires,
  • Pensions de retraite déjà amputées depuis 2010 seront réduites de 5 à15% cette année,
  • Budget de la santé en baisse,
  • Services publics : dotations en baisse,
  • Budget de l’éducation en baisse de 28,3% entre 2008 et 2013 et plafonnement en 2014 à 5,1 milliards d’euros.

Le taux de chômage concerne 28% de la population active contre 7,5% en 2009.

L’économie tourne toujours au ralenti et ne produit pas suffisamment de recettes fiscales, ce qui corrobore la demande d’un troisième plan d’aide après les élections européennes.

Sources :

Repères à suivre :  interlude 

La situation économique de la Grèce en 2014

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 29/08/2014 12:34

C'est bien beau les chiffres, mais derrière il y a des humains. Alors combien de personnes touchées par la récession, combien de familles brisées, de personnes décédées faute de soins, de personnes entrées dans le cycle de la pauvreté, combien de personnes sacrifiées ? de cela les économistes se moquent !