Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La provocation, prémices de la guerre (chanson de Roland)

Début des hostilités

(repères : thème de la guerre : présentation)

Précédemment, nous avons vu, selon Sun Tsu, les sept points qui permettent de mettre en œuvre une savante stratégie ; mais déjà, on entend rugir les premières clameurs, signes des prémices du combat

La question qui se pose est celle de savoir de quelle manière entrer en guerre ; derrière cette interrogation sous-tend l'imputation de la responsabilité du déclenchement du premier coup de feu.

Dans l'extrait qui vous est proposé, c'est une provocation directe d'un chef qui conduit à la mêlée générale. Il s'agit de redécouvrir la chanson de Roland, héros célèbre qui périra à Roncevaux.

Voyons les arguments opposés par les parties avant d'assister au début des hostilités.

***

LA MÊLÉE

 

Le neveu de Marsile (il s’appelle Aelroth)

Chevauche tout le premier devant l’armée païenne.

Quelles injures il jette à nos Français !

« Félons Français, vous allez aujourd’hui lutter avec les nôtres !

« Celui qui vous devait défendre vous a trahis.

« Quant à votre empereur, il est fou de vous avoir laissés dans ces défilés ;

« Car c’en est fait aujourd’hui de l’honneur de douce France,

« Et Charles le Grand va perdre ici le bras droit de son corps. »

Roland l’entend : grand Dieu, quelle douleur !

Il éperonne son cheval et le lance bride abattue.

Le comte frappe le païen des plus rudes coups qu’il peut porter ;

Il fracasse l’écu d’Aelroth, lui rompt les mailles du haubert ;

Lui tranche la poitrine, lui brise les os,

Lui sépare toute l’échine du dos,

Et avec sa lance lui jette l’âme hors du corps.

Le coup est si rude qu’il fait chanceler le misérable,

Si bien que Roland, à pleine lance, l’abat mort de son cheval.

Et que le cou du païen est en deux morceaux.

Roland cependant ne laissera pas de lui parler :

« Va donc, brigand, et sache bien que Charlemagne n’est pas fou

« Et qu’il n’aima jamais la trahison.

« En nous laissant aux défilés il a agi en preux,

« Et la France ne perdra pas aujourd’hui son honneur.

« Frappez, frappez, Français : le premier coup est nôtre.

« C’est à ces gloutons qu’est le tort, c’est à nous qu’est le droit. 

 

La chanson de Roland, IIème partie-la mort de Roland, XCIII

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Chanson_de_Roland/L%C3%A9on_Gautier/%C3%89dition_classique/Deuxi%C3%A8me_partie

 

Repères à suivre : présentation : la bataille

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article