Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

" La guerre est un acte de violence..." (Clausewitz)

Des récits historiques

(Repères : thème de la guerre : l'étude)

 

Loin des horizons épurés où flottent les parfums délicats de lys, la Littérature emprunte aussi des chemins escarpés et sinueux où la violence des hommes pénètre ses mots. On conjugue le plus souvent la violence au passé pour élaborer un récit mais également pour conjurer le sort d'une manière bien vaine. Elle demeure en l'homme.

Dans cette perspective, il est un domaine où excelle un genre littéraire : le récit historique, mélange idéal de fiction et de réalité. Cette dernière, sur ce point, nous rappelle qu'il n'existe pas de période où l'homme, par soif de domination, n'ait cédé à son âme belliqueuse : "La guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté." (Clausewitz)

Dans ces conditions, le roman avait le choix d'inscrire son contexte historique dans un nombre incalculable de conflits. La littérature ne pouvait que s'en rendre témoin en en montrant chaque fois leur spécificité : aucune guerre ne ressemble à une autre.

 

Le déchaînement de la Violence

Deux sujets d'étonnement demeurent au fil des âges. En les liant, on peut dire que s'il reste toujours un questionnement dans cette propension de l'homme à se faire la guerre, il existe également un insondable mystère relatif au déchaînement de la violence.

 

En effet, chaque conflit ouvre la voie à de nouvelles possibilités dans le champ des atrocités.

C'est justement cette part sombre de l'humanité qui fait l'objet de la présente étude qui sera nourrie de deux lectures :

- la Bataille de Patrick Rambaud, publié en 1997, prix Goncourt,

- L'art français de la guerre d'Alexis Jenni, publié en 2011, prix Goncourt.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article