Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Portrait de femme : la mère coupable (Médée, Euripide)

Abandonnée par son mari Jason au profit de la fille de Créon, Médée décide de se venger en faisant supprimer sa rivale au travers du voile de mariée. Mais ivre de colère, elle projette également de priver son époux de descendance : elle entend tuer ses propres enfants : portrait d'une femme coupable...

Médée, euripide, coupable, enfants, meurtre, coupable, littérature

 

Repères : thème de la femme dans la littérature : présentation

Médée

Après la mère dévouée, découvrons un autre portrait de femme, celui de la mère coupable. On peut se sentir fautive de plusieurs manières lorsqu'on est mère.

Il vous est proposé de lire un extrait dans lequel la culpabilité de la mère est à son comble.

Repartons dans l'Antiquité avec un personnage tristement célèbre dans la mythologie : Médée. Abandonnée par son mari Jason au profit de la fille de Créon, la célèbre magicienne décide de se venger en faisant supprimer sa rivale au travers du voile de mariée. Mais ivre de colère, elle projette également de priver son époux de descendance : elle entend par là tuer ses propres enfants.

Examinons ensemble les raisons qui poussent cette femme qui indéniablement aime ses enfants (!) à commettre l'irréparable...

Résolution

"MÉDÉE

Amies, mon acte est décidé : le plus vite possible je tuerai mes fils et m'enfuirai loin de ce pays pour ne pas, par mes lenteurs, exposer mes enfants à périr par une main plus hostile. Il faut absolument qu'ils meurent. Puisqu'il le faut, c'est moi qui les tuerai, qui les ai mis au monde. Allons ! arme-toi, mon cœur! Que tardons-nous ? Reculer devant ces maux terribles, mais nécessaires ! Va, ô malheureuse main, prends un glaive, prends; marche vers la barrière d'une vie de chagrins. Ne sois pas lâche. Ne te souviens pas de tes enfants, que tu les adores, que tu les as mis au monde. Allons ! pour cette journée du moins, oublie tes fils : après, gémis ! Car si tu les tues, pourtant ils t'étaient chers; et je serai, moi, une femme infortunée ! (Elle rentre dans le palais.)"

Médée, Euripide, traduction Henri Berguin.

http://fr.wikisource.org/wiki/M%C3%A9d%C3%A9e_%28Euripide%29

 

repères à suivre : la femme savante

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L


Radicale!



Répondre
L


Définitive !



F


Choix terrifiant!



Répondre
L


incontournable pour Médée...



L


Bonjour L


C'est le comble effectivement qui est atteint ici


 



Répondre
L


En effet !