Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Les animaux du monde littéraire : le jaguar rêveur (Leconte de Lisle)

Leconte de Lisle dans son recueil, les poèmes Barbares, met en scène de nombreux animaux dits exotiques dont le célèbre jaguar, présenté par une périphrase, "le tueur de bœufs et de chevaux".

bestiaire, littérature, jaguar, Leconte de Lisle, parnasse

 

 

repère : thème des animaux : présentation

Après avoir frémi avec le monstre marin de Jules Verne, la Gazette vous emmène dans des contrées ensoleillées auprès d'une faune que nous connaissons mal :  découvrons les grands félins.

Leconte de Lisle

Sous la plume d'un poète parnassien de la seconde moitié du XIXe qui est un adepte de l'art pour l'art, vous avez droit à un large inventaire d'animaux dits exotiques.

Honneur au jaguar, présenté par une périphrase, "le tueur de bœufs et de chevaux".

Voici un "échantillon" d'une galerie zoologique qu'affectionnait Leconte de Lisle.

Une vision idéalisée retranscrite dans son recueil célèbre, les poèmes Barbares.

Un parfum exotique ...

"Le Rêve du jaguar


Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,
Dans l’air lourd, immobile et saturé de mouches,
Pendent, et, s’enroulant en bas parmi les souches,
Bercent le perroquet splendide et querelleur,
L’araignée au dos jaune et les singes farouches.
C’est là que le tueur de bœufs et de chevaux,
Le long des vieux troncs morts à l’écorce moussue,
Sinistre et fatigué, revient à pas égaux.
Il va, frottant ses reins musculeux qu’il bossue ;
Et, du mufle béant par la soif alourdi,
Un souffle rauque et bref, d’une brusque secousse,
Trouble les grands lézards, chauds des feux de midi,
Dont la fuite étincelle à travers l’herbe rousse.
En un creux du bois sombre interdit au soleil
Il s’affaisse, allongé sur quelque roche plate ;
D’un large coup de langue il se lustre la patte ;
Il cligne ses yeux d’or hébétés de sommeil ;
Et, dans l’illusion de ses forces inertes,
Faisant mouvoir sa queue et frissonner ses flancs,
Il rêve qu’au milieu des plantations vertes,
Il enfonce d’un bond ses ongles ruisselants
Dans la chair des taureaux effarés et beuglants.

Les poèmes barbares, Leconte de Lisle (1862)

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_R%C3%AAve_du_jaguar

repère à suivre : le hiboux

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ASP 16/02/2011 13:21



Une créature si majestueuse valait bien un si beau poëme !



Litteratus 20/02/2011 17:32



Le parfum de la savane...



flora 14/02/2011 08:59



Très beau poème dont le rythme lascif me rappelle le mouvement du jaguar dans les hautes herbes...



Litteratus 14/02/2011 12:08



Un animal dans toute sa vérité...



lizagrèce 13/02/2011 21:28



Avait-il vécu en AFrique pour décrire si bien cet animal ?



Litteratus 14/02/2011 12:06



Leconte de Lisle a en effet voyagé, au Cap et au Sénégal. En outre, c'est avec ses lectures et ses nombreuses promenades au jardin des Plantes qu'il a composé ses poèmes appartenant à une galerie
zoologique.



le Pierrot 13/02/2011 11:36



Jolie poésie, que je ne connaissais pas...bon dimanche à toi, en te remerciant de ton gentil coucou chez moi...



Litteratus 13/02/2011 18:04



Un plaisir partagé....