Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Les animaux du monde littéraire : l'harmonie de la nature (Bernardin de Saint-Pierre)

4956580665_f66000c3fd.jpg

Après avoir découvert une espèce atypique, le Yahoo, qui semble particulièrement étrange, visitons ensemble une contrée idéalisée, vestige du paradis perdu.

 

Découvrons un passage où la nature est en effet présentée sous l'angle de l'harmonie régnant entre les animaux, les végétaux ou les hommes.

 

Paul et Virginie vivent ainsi sur l'île Maurice en accord avec la nature, thème cher au XVIIIème siècle.

 

***

 

« Du haut de l’escarpement de la montagne pendaient des lianes semblables à des draperies flottantes, qui formaient sur les flancs des rochers de grandes courtines de verdure. Les oiseaux de mer, attirés par ces retraites paisibles, y venaient passer la nuit. Au coucher du soleil on y voyait voler le long des rivages de la mer le corbigeau et l’alouette marine, et au haut des airs la noire frégate, avec l’oiseau blanc du tropique, qui abandonnaient, ainsi que l’astre du jour, les solitudes de l’océan indien. Virginie aimait à se reposer sur les bords de cette fontaine, décorée d’une pompe à la fois magnifique et sauvage. Souvent elle y venait laver le linge de la famille à l’ombre des deux cocotiers. Quelquefois elle y menait paître ses chèvres. Pendant qu’elle préparait des fromages avec leur lait, elle se plaisait à les voir brouter les capillaires sur les flancs escarpés de la roche, et se tenir en l’air sur une de ses corniches comme sur un piédestal. Paul, voyant que ce lieu était aimé de Virginie, y apporta de la forêt voisine des nids de toute sorte d’oiseaux. Les pères et les mères de ces oiseaux suivirent leurs petits, et vinrent s’établir dans cette nouvelle colonie. Virginie leur distribuait de temps en temps des grains de riz, de maïs et de millet : dès qu’elle paraissait, les merles siffleurs, les bengalis, dont le ramage est si doux, les cardinaux, dont le plumage est couleur de feu, quittaient leurs buissons ; des perruches vertes comme des émeraudes descendaient des lataniers voisins ; des perdrix accouraient sous l’herbe : tous s’avançaient pêle-mêle jusqu’à ses pieds comme des poules. Paul et elle s’amusaient avec transport de leurs jeux, de leurs appétits, et de leurs amours. »

 

Paul et Virginie, Bernardin de Saint-Pierre

http://fr.wikisource.org/wiki/Paul_et_Virginie#Paul_et_Virginie


gazette-tetiere.jpg

si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi Le thème de la nature

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ASP 16/02/2011 13:34



Que c'est naïf !!! ça fait du bien de temps en temps, un peu d'innocence et de fraîcheur !



Litteratus 20/02/2011 17:33



L'harmonie, la paix....



lizagrèce 11/02/2011 21:42



Un décor paradisaique pour une grande histoire d'amour.



Litteratus 12/02/2011 12:33



un amour impossible...



flora 11/02/2011 08:56



Images idéalisées du paradis par un romantisme débridé...



Litteratus 11/02/2011 10:29



de l'écologie avant l'heure...