Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La fièvre de lecture de Martin Eden (Jack London)

 Personnage robuste et magnétique du roman éponyme de Jack London, Martin Eden se présente comme un jeune autodidacte qui mène une vie de dure labeur. Il rencontre une jeune fille de la bourgeoisie, Ruth Morse, qui le trouble profondément et il n'a de cesse de tenter de combler le fossé culturel qui les sépare. S'épanouit aussi une autre passion, celle des livres, qui devient rapidement insatiable.

martin Eden, Jack London, autodidacte, thème, livres

 

Repères : thème du livre : l'étude

Après avoir étudié le roman d'Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, intéressons-nous  au chef d'œuvre de Jack London, Martin Eden qui donnera lieu à l'étude des points suivants :

La fièvre de lecture de Martin Eden,

L'apprentissage intellectuel de Martin Eden,

La vocation littéraire de Martin Eden,

La fièvre créatrice de Martin Eden,

La cruelle désillusion de Martin Eden

Débutons aujourd'hui par la présentation du personnage principal.

Un autodidacte

Personnage robuste et magnétique, Martin Eden se présente comme un jeune autodidacte qui mène une vie de labeur sur terre et sur mer depuis son plus jeune âge. Mais cet être frustre, sans aucune éducation intellectuelle, ressent de tout temps une attirance indicible pour les livres qui sont malheureusement hors de portée de sa bourse. 

Dès le début du roman, il rencontre une jeune fille de la bourgeoisie, Ruth Morse, qui le trouble profondément et pour laquelle il conçoit un amour idéalisé. Il n'a de cesse de tenter de combler le fossé social et culturel qui les sépare.

Or, de cette relation, s'épanouit en réalité une autre passion, celle des livres, qui devient rapidement insatiable.

La passion des livres

Lecteur infatigable, d'une grande puissance de travail, Martin fréquente assidûment les bibliothèques tout en reconnaissant les limites de l'exercice.

Il éprouve des terribles difficultés de compréhension des textes :

« La masse de livres qu'il lut, ne lui servit qu'à stimuler son impatience. Chaque page de chaque volume n'entrebâillait qu'une fenêtre minuscule du paradis intellectuel, et son appétit, aiguisé par la lecture, augmentait à mesure. Puis, il ne savait par quel bout commencer et souffrait continuellement du manque d'études préparatoires. Les plus simples allusions —évidemment comprises par n'importe quel lecteur — lui échappaient. Il en fut de même pour la poésie qu'il adorait. » (chapitre 6)

Il ne peut accepter cette situation...

repères à suivre : l'étude :  l'apprentissage intellectuel de Martin Eden 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

flora 23/03/2011 10:53



Notre revue "Hauteurs" a fait un N° avec dossier sur J. London, personnage lui-même très romanesque. La soif d'apprendre de M. Eden est intense et tous azimuts...



Litteratus 23/03/2011 15:52



Cette soif d'apprendre ne devrait jamais nous quitter.



lizagrèce 22/03/2011 22:57



Je pense que nous sommes beaucoup à nous sentir ignorants devant certains livres.



Litteratus 23/03/2011 15:51



On a tous eu déjà ce sentiment en effet devant des livres ardus.