Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La frénésie des violons dans "La Cerisaie" (Tchekhov)

Dans la Cerisaie de Tchekhov, Lioubov est préoccupée par le retour de son frère qui tarde à révéler la nouvelle qui l'étreint... La Cerisaie est-elle vendue ? Elle sera  acquise par Lopakhine, le fils de l'ancien moujik...

Tchekhov, cerisaie, vente, drame, Lioubov,Lopakhine
"La Cerisaie", Litteratus

 

Repères : thème de la demeure : l'étude

Nous avons indiqué les deux œuvres, objets de notre étude consacrée à la dépossession, entre perte définitive et résurgence imaginaire :

la Cerisaie de Tchekhov, jouée pour la première fois en 1904,

Soukhodol de Bounine, récit publié en 1911.

Plan

C'est sous cet angle que nous effectuerons l'analyse de la Cerisaie, qui pose la question de la perte d'une partie de soi. Nous verrons successivement les points suivants :

Il a été indiqué dans l'article précédent que la pièce de théâtre, la Cerisaie de Tchekhov, ne pouvait être lue sous un seul angle. Nous verrons aujourd'hui la frénésie des violons, annonciatrice d'un drame.

Fête

L'acte III se déroule durant une fête où les anciens maîtres ont invité la nouvelle société composée des fonctionnaires des gares, des postes ; tous se déchaînent à qui mieux mieux dans une frénésie insouciante au son de l'orchestre.

Il reste que Lioubov est préoccupée par le retour de son frère qui tarde à révéler la nouvelle qui l'étreint... La Cerisaie est-elle vendue ?

La réponse est affirmative.

Vente

Elle sera même acquise par Lopakhine, qui, en qualité de fils d'ancien moujik, réalise difficilement le caractère parfaitement irréel de la situation :

« J'ai acheté le domaine où mes ancêtres n'étaient que des esclaves, où l'on ne les laissait même pas mettre le pied à l'office. Je rêve, ce ne doit être qu'un mirage, qu'un songe... qu'une apparition confuse due à mon imagination. (Ramassant les clefs il sourit avec douceur). Elle a jeté les clefs... voulant montrer qu'elle n'était plus rien ici... (les faisant tinter.) Eh bien, tant pis. (On entend les musiciens accorder leurs instruments.)Ohé, les musiciens! Jouez, je désire vous entendre. Venez tous contempler comment Hermolaï Lopakhine plantera son premier coup de hache dans le Jardin des Cerisiers; comment un à un s'écrouleront les arbres. Nous y bâtirons des habitations agréables et nos petits et arrière-petits enfants y verront une vie nouvelle...Joue, musique! » (acte III)

Si la fête continue comme le souhaite le nouveau maître de la Cerisaie, Lioubov est vaincue par le chagrin...

Repères à suivre : l'étude : le temps de la séparation

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lizagrèce 27/01/2011 21:35



Lopakhine est un parvenu qui incarne le monde de l'argent gagné et non hérité. En cela il est tout aussi pathétique que l'ancienne propriétaire du domaine



Litteratus 28/01/2011 13:57



Une ascension prodigieuse qui l'effraie  aussi  : la fête continue alors pour l'empêcher de penser...



lyly 25/01/2011 06:22



Bonjour L


Difficile moment quand tombe le couperet


 



Litteratus 25/01/2011 15:53



parfois même insurmontable...



flora 24/01/2011 10:03



C'est l'annonce de l'écroulement du monde ancien et de l'avènement du nouveau, avec des sentiments mitigés de l'inéluctable...



Litteratus 24/01/2011 11:20



un sentiment d'impuissance !