Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La complainte amoureuse d'Allais

Le thème de l'humour dans la littérature nous offre la lecture d'une complainte amoureuse signée d'Alphonse Allais, auteur à succès du XIXe siècle.

humour, thème, littérature, carte du tendre, monologue, amoureux , Allais

 

Repère: thème de l'humour : présentation

Dans l'article précédent, nous avons pu compatir aux douleurs dentaires rapportées par le monologue de Feydeau, changeons  aujourd'hui de genre littéraire et lisons ensemble une petite complainte sous la plume de Allais..

Désillusion

Le désespoir amoureux ? Cela constitue un sujet en soi qui pourrait être grave et émouvant.

Mais, l'artifice employé par Alphonse Allais nous conduit sur le terrain de l'humour franc et du grotesque !

Et si nous révisions l'emploi de l'imparfait du subjonctif ? Il pourrait nous servir à faire...rire!

Complainte amoureuse

Oui, dès l'instant que je vous vis,
Beauté féroce, vous me plûtes ;

De l'amour qu'en vos yeux je pris,
Sur-le-champ vous vous aperçûtes ;
Mais de quel air froid vous reçûtes
Tous les soins que pour vous je pris !
En vain je priai, je gémis :
Dans votre dureté vous sûtes
Mépriser tout ce que je fis.
Même un jour je vous écrivis
Un billet tendre que vous lûtes,
Et je ne sais comment vous pûtes
De sang-froid voir ce que j'y mis.
Ah! fallait-il que je vous visse,
Fallait-il que vous me plussiez,
Qu'ingénument je vous le disse,
Qu'avec orgueil vous vous tussiez !
Fallait-il que je vous aimasse,
Que vous me désespérassiez,
Et qu'en vain je m'opiniâtrasse,
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez !

Alphone ALLAIS (1854-1905) Wikisource.

 

Repère à suivre: l'épitaphe

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

Le côté amusant prend le dessus sur cette belle déclaration !

Désuet et pourtant si joli !

J'imagine les élèves récitant cette poésie et les éclats de rire dans la classe !

MERCI L pour ces jolis partages 



Répondre
L

La poésie n'est pas forcément un art sage ! On peut rire de tout !


C

Merci pour ces vers de Cocteau! J'adore...


Répondre
L

c'est un plaisir de te soustraire aux sombres orages !


M

Je réfléchis et je peux en déduire que l'amoureux transi avait montré que ses sentiments fussent loin de s'émousser ... correct ?


Répondre
L

On dirait un mordu du subjonctif !


C

J'adore! Il est vrai que tout l'humour de ces vers repose sur le temps employé! En venant aujourd'hui dans la voiture j'ai écouté Véra de Villiers d'Adam et bien qu'il s'agisse d'un texte
magnifique le thème désespéré m'a mis le moral à zero pour quelques heures...Par chance ton article vient à point contrebalancer ma mélancolie! 


Répondre
L

Je te propose une autre complainte amoureuse non tombée dans le domaine public !!! je ne la note que pour la forme et pour t'amuser :
"Tu dis que tu aimes les fleurs et tu leur coupes la queue,
 tu dis que tu aimes les chiens et tu leur mets une laisse,
tu dis que tu aimes les oiseaux et tu les mets en cage,
 tu dis que tu m’aimes alors moi j’ai peur." (Cocteau)


F

C'est jubilatoire!
Malgré la torture que la conjugaison française inflige aux pauvres étrangers dont je suis, je ne suis pas peu fière de pouvoir ressentir l'effet humoristique de ladite torture!  


Répondre
L

Jubilatoire, c'est bien le mot !