Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Du commerce des livres : l'appel de la lecture (Baudelaire)

Le bibliophile est un voyageur qui s'ignore comme le prouve un des poèmes les plus célèbres de Baudelaire, La Voix, avec cette référence mythique ; "la bibliothèque/Babel sombre" 

livres, thèmes, Babel sombre, Baudelaire, spleen et ideal, fleurs du mal

Repères : thème du livre : présentation 

Lecteurs

Pénétrons enfin dans le monde des amateurs de livres !

Mais comment comprendre le goût pour la lecture ? 

Pour certains, il s'agit d'une perte de temps, de l'oisiveté malsaine par les temps qui courent...

Pour d'autres, le "bibliophage" serait mû par une curiosité insatiable...

Et si l'explication se trouvait à portée de main ? Le lecteur assidu a soif d'évasion.

Babel

Lisons le célèbre poème de Baudelaire avec cette référence mythique : "la bibliothèque,/Babel sombre" qui évoque la densité de livres.

Avec la Voix, c'est également le mystère de la lecture qui est enfin dévoilé...

Le bibliophile est un voyageur qui s'ignore !

La  Voix

Mon berceau s’adossait à la bibliothèque,
Babel sombre, où roman, science, fabliau,
Tout, la cendre latine et la poussière grecque,
Se mêlaient. J’étais haut comme un in-folio.
Deux voix me parlaient. L’une, insidieuse et ferme,
Disait : « La Terre est un gâteau plein de douceur ;
Je puis (et ton plaisir serait alors sans terme !)
Te faire un appétit d’une égale grosseur. »
Et l’autre : « Viens ! oh ! viens voyager dans les rêves,
Au delà du possible, au delà du connu ! »
Et celle-là chantait comme le vent des grèves,
Fantôme vagissant, on ne sait d’où venu,
Qui caresse l’oreille et cependant l’effraie.
Je te répondis : « Oui ! douce voix ! » C’est d’alors
Que date ce qu’on peut, hélas ! nommer ma plaie
Et ma fatalité. Derrière les décors
De l’existence immense, au plus noir de l’abîme,
Je vois distinctement des mondes singuliers,

Et, de ma clairvoyance extatique victime,
Je traîne des serpents qui mordent mes souliers.
Et c’est depuis ce temps que, pareil aux prophètes,
J’aime si tendrement le désert et la mer ;
Que je ris dans les deuils et pleure dans les fêtes,
Et trouve un goût suave au vin le plus amer ;
Que je prends très-souvent les faits pour des mensonges,
Et que, les yeux au ciel, je tombe dans des trous.
Mais la Voix me console et dit : « Garde tes songes ;
Les sages n’en ont pas d’aussi beaux que les fous ! »

Spleen et Ideal, Les fleurs du mal, Baudelaire (éd.1868)

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Voix_%281868%29

Repères à suivre : Montesquieu                                    

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 10/03/2011 21:38



Avec Baudelaire les sages peuvent devenir fous.



Litteratus 11/03/2011 08:18



Nous sommes tous un peu fous...



flora 10/03/2011 17:49



De là, il n'y a qu'un pas pour dire que ces "mondes singuliers" rêvés sont plus vrais que la réalité...



Litteratus 11/03/2011 08:18



Le registre poétique dit une vérité par les mots !



lylyI 10/03/2011 17:18



Tu es bien la dernière personne que j'essaierai de convaincre



Litteratus 11/03/2011 08:16



et pourtant je n'ai pas entendu cette voix très tôt...



lylyI 10/03/2011 14:56



Bonjour L


On remarque que les enfants imitent leurs parents et si ces derniers sont lecteurs, la progéniture le devient très souvent


Cette soif de lecture peut avoir bien des facettes


Bien sûr le rêve et l'évasion mais aussi le besoin de se cultiver et même pourquoi pas, de s'échapper un moment du quotidien pour se détendre et je suis certaine que j'en oublie !


Bises, Lyly



Litteratus 10/03/2011 15:37



Je pense à la notion d'éducation silencieuse lorsque tu parles du mimétisme des enfants.


La meilleure manière de continuer à être curieux et donc heureux, c'est de ...lire !