Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La maison des douleurs (Charles d'Orléans)

 Le thème de la demeure dans la littérature nous conduit dans une maison particulière, celle des douleurs avec un poète du 15e siècle, Charles d'Orléans : bienvenue Dedans la maison de douleur !

thème, demeure, douleurs Charles d'orléans,poème

Repères : le thème de la demeure : présentation

Dans l'article précédent, nous étions avec Marcelline Desbordes-Valemore, poursuivons notre série d'articles sur le thème de la demeure en découvrant le magnifique poème de Charles d'Orléans qui évoque un autre type de résidence.

Métaphore

La douleur prend corps dans l'homme, s'y enracine en y élisant domicile...

La maison des douleurs est ainsi bien nommée !

Le poète met en scène cette souffrance sous forme de rondel* qui est un poème à forme fixe, construit sur deux rimes et comportant un refrain.

RONDEL.*

(Orléans.)

Dedans la maison de douleur,

Où était très piteuse danse,

Souci, Vieillesse et Déplaisance

Je vis danser comme par cœur.

Le tambourin nommé Malheur

Ne jouait point par ordonnance.

Dedans la, etc.

Où était, etc.

Puis chantaient chansons de pleur,

Sans musique, ni accordance;

D'ennui, comme ravi en transe,

M'endormis lors, pour le meilleur.

Dedans la, etc.

Charles d'Orléans (1394-1465)

source : http://www.gutenberg.org/files/14343/14343-h/14343-h.htm

repère à suivre : la maison des querelles (Molière)

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pascal Girard 14/01/2011 23:26



Ah c'est pas mal ça, vraiment. a+



Litteratus 16/01/2011 18:34



J'en suis contente !



lyly 11/01/2011 18:43



Bonsoir L


Très bien vue cette invitée indésirée qui trouve refuge et s'incruste à la moindre faiblesse du corps ou de l'âme !



Litteratus 11/01/2011 18:57



un invité indésirable !



flora 11/01/2011 11:18



Très beau, dit beaucoup en peu de mots!



Litteratus 11/01/2011 18:51



Je trouve ce poème d'une modernité incroyable !