Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La Nature célébrée par la poésie

Le thème de la nature s'exprimer en vers ou en prose. De nombreux auteurs lui ont en effet consacré des textes mythiques. Deux poètes du XIXe siècle célèbrent la rusticité de la campagne. Découvrez l'abreuvoir d'Émile Verhaeren et les rêves ambitieux de Soulary. 

poésie, campagne, nature , thème , rustique, abreuvoir, plaines, Soulary, Verhaeren, 19e siècle

 

Repères : thème de la nature: vers et prose 

L'ABREUVOIR

En un creux de terrain aussi profond qu'un antre,
Les étangs s'étalaient dans leur sommeil moiré,
Et servaient d'abreuvoir au bétail bigarré,
Qui s'y baignait, le corps dans l'eau jusqu'à mi-ventre.

Les troupeaux descendaient, par des chemins penchants :
Vaches à pas très lents, chevaux menés à l'amble,
Et les bœufs noirs et roux qui souvent, tous ensemble,
Beuglaient, le cou tendu, vers les soleils couchants.

Tout s'anéantissait dans la mort coutumière,
Dans la chute du jour: couleurs, parfums, lumière,
Explosions de sève et splendeurs d'horizons;

Des brouillards s'étendaient en linceuls aux moissons,
Des routes s'enfonçaient dans le soir - infinies,
Et les grands bœufs semblaient râler ces agonies.

Émile VERHAEREN(1855-1916)
LES FLAMANDES


 

 

REVES AMBITIEUX


Si j’avais un arpent de sol, mont, val ou plaine,
Avec un filet d’eau, torrent , source ou ruisseau,
J’y planterais un arbre, olivier, saule ou frêne,
J’y bâtirais un toit, chaume, tuile ou roseau.

Sur mon arbre, un doux nid, gramen, duvet ou laine,
Retiendrait un chanteur, pinson, merle ou moineau ;
Sous mon toit, un doux lit, hamac, natte ou berceau,
Retiendrait une enfant, blonde, brune ou châtaine.

Je ne veux qu’un arpent ; pour le mesurer mieux,
Je dirais à l’enfant la plus belle à mes yeux :
« Tiens-toi debout devant le soleil qui se lève ;

Aussi loin que ton ombre ira sur le gazon,
Aussi loin je m’en vais tracer mon horizon. 
— Tout bonheur que la main n’atteint pas n’est qu’un rêve ! »


Joséphin SOULARY (1815-1891)
Pastels et Mignardises

 

Repères à suivre: bibliographie 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article