Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Une remémoration, un tombeau pour Manon ? (Lescaut)

Des Grieux a tout perdu, sauf cette réécriture de sa propre histoire qu’il envisage comme un écrivain comme nous venons de le dire. Il maîtrise son discours puisque c’est la seule chose qui lui reste. Ce discours devient le tombeau pour Manon.

tombeau, Manon Lescaut, réécriture, remémoration
illustration Brunelleschi

repères : bac : Manon Lescaut

Plan

La problématique du dossier que nous consacrons à Manon Lescaut est la suivante : un roman de la transgression, un nouveau genre littéraire ?

Pour répondre à cette question, il vous sera proposé un dossier contenant les articles suivants :

  • le choix du titre du roman,
  • le contexte historique du roman : une atmosphère de fin de règne,
  • la géographie du roman : un hymne au mouvement,
  • La question du “je” dans Manon Lescaut : analyse linéaire du passage de Renoncour “je dois avertir le lecteur… rien qui ne soit de lui” (1e partie)
  • l'ambiguïté de l’auteur : analyse linéaire de l’avis au lecteur : “quoique j’eusse pu faire entrer…en l’amusant”
  • la transgression sociale,
  • la transgression familiale : analyse linéaire de la rupture entre le père et le fils : “Il m’interrompit encore…adieu, père barbare et dénaturé ! /» (2e partie)
  • la transgression morale,
  • la transgression pénale,
  • Un récit rétrospectif : un tombeau pour Manon ?

Nous avons vu précédemment la question de la transgression pénale. Nous verrons aujourd’hui la transgression ultime : la remémoration du récit qui a une conséquence sur le plan de la vérité.

Remémoration labyrinthique

Jean Sgar a renouvelé l’étude critique de cette œuvre.  Que suggère principalement cette analyse ? les points suivants :

  • un discours
  • un récit a posteriori
  • un monologue,
  • un style en labyrinthe
  • un plaidoyer.

Reprenons ces idées.

un discours

Des Grieux rencontre de manière fortuite un aristocrate, témoin de son premier malheur ; cette circonstance le pousse à la confession qui dure trois heures à voix haute. Il se livre à un discours spontané devant ces deux étrangers qui lui prêtent une attention bienveillante.

un récit a posteriori

Ce monologue lui offre la possibilité de se pencher sur son passé : il occupe la place de héros et de narrateur. Il ne peut pas être question de faire une narration factuelle, au demeurant, il n’a jamais cherché à être objectif. Il entend revisiter son histoire et se perdre comme dans un labyrinthe dans ses souvenirs. Il prend le temps de nourrir son récit de détails, de jugements, d’interrogations.

un monologue

L’originalité de ce monologue consiste à enchâsser six dialogues souvent sur ses malheurs narrés à Tiberge, à Lescaut, au supérieur de Saint-Lazare, à M. de T, au lieutenant de police, à son père, au capitaine du vaisseau et au gouverneur.

C’est autant de représentations diverses, de labyrinthes, du même récit modulé en fonction des différents interlocuteurs de Des Grieux. 

un style en labyrinthe

Des Grieux est un habile conteur entraînant le lecteur dans un labyrinthe de procédés stylistiques. 

Il discourt essentiellement au style indirect, qui est celui qui lui permet d’apporter une floraison de détails, colorant le récit de manière toujours avantageuse. 

Il bascule soudainement au style direct, celui de la sincérité, pour rendre encore plus vivants les échanges entre lui-même et les autres. Cette mise en valeur permet de mentionner les tons, la gestuelle, etc. 

Notons que Prévost a décidé d’intégrer le dialogue dans le discours narratif, ce qui explique le choix de retirer les guillemets et les tirets, omettant aussi les retours à la ligne.

On relève que c’est Des Grieux qui monopolise la parole dans le récit, en adoptant un point de vue interne ; il laisse quelques bribes de mots à Manon qui parle essentiellement au style indirect. Il voit tout à l’aune de sa propre conscience.

On a montré dans l’analyse linéaire que la phrase est elle-même est sinueuse; elle se perd dans les détails : on a affaire à des labyrinthes de propositions. Ces dernières partent en cascade qu’elles soient juxtaposées ou coordonnées. 

Mais la plume de l’auteur excelle dans la cascade de subordonnées.

La principale s'ouvre sur des propositions subordonnées qui débouchent sur d’autres. On a ainsi toute une gamme de propositions subordonnées relatives, conjonctives ou circonstancielles de concession, de conséquence, outre des propositions participiales, infinitives, etc…

La richesse de ce style labyrinthe fait ressortir les débats intérieurs du narrateur, ses interrogations, ses artifices, mais également ses doutes et ses larmes…

Il recourt à différents registres pathétiques, tragique, mais aussi comique.

C’est une narration qui constitue en réalité un plaidoyer.

un plaidoyer

La passion initiale demeure toujours aussi vive dans le récit que Des Grieux en fait. Il poursuit un objectif qui dépasse la simple narration à des oreilles attentives. Il  cherche à comprendre l’origine de ses erreurs qui sont la cause de son malheur. Il soliloque, il forge pour lui-même un plaidoyer pour un amour défunt.

Tombeau

Des Grieux a tout perdu, sauf cette réécriture de sa propre histoire qu’il envisage comme un écrivain comme nous venons de le dire. Il maîtrise son discours puisque c’est la seule chose qui lui reste. Il a toujours été doué pour le travail de l’esprit : il y goûte à satiété. Ce discours devient le tombeau pour Manon.

sources : 

Jean Sgar, labyrinthes de la mémoire, PUF

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article