Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le choix du titre dans “Manon Lescaut” (Prévost)

Le titre complet de ce roman “La véritable Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut” a été réduit par facilité de langage pour ne nommer désormais que Manon Lescaut. Il s’avère que l’auteur a voulu donner un gage de sérieux avec l’adjectif "véritable" et a focalisé le nœud du roman sur l'opposition sociale entre le chevalier Des Grieux qui vient en premier avec son titre nobiliaire et son amante qui est une fille du peuple…

couverture première édition, Manon Lescaut, titre, original

 

repères : bac : Manon Lescaut

Plan

La problématique du dossier que nous consacrons à Manon Lescaut est la suivante : un roman de la transgression, un nouveau genre littéraire ?

Pour répondre, il vous sera proposé un dossier contenant les articles suivants :

Aujourd’hui, il est d’usage de parler du roman de Manon Lescaut et donc d’escamoter le titre qui est curieusement raccourci. Revenons à l’intention particulière de l’auteur dans l’intitulé complet de son roman qui évoque en réalité les deux principaux héros.

Deux personnages

Le titre de ce roman est le suivant : “La véritable Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut”. Nous allons le décomposer pour mettre en lumière trois éléments particuliers :

  • véritable Histoire,
  • chevalier des Grieux,
  • Manon Lescaut.
Histoire et Mémoires

À la date de la publication de l'œuvre, en 1731, le roman n’est pas un genre littéraire majeur. Le XVIIIe siècle est, en effet, le siècle des idées philosophiques et non du roman, perçu comme une production somme toute légère, facile, voire vulgaire. 

C’est la raison pour laquelle les écrivains choisissent des titres commençant par “Mémoires” ou “Histoire”, deux termes qui donnent des gages de “vérité” et donc de sérieux. 

L’abbé Prévost (ou “l’auteur” de cette histoire comme nous verrons l'ambiguïté de la signature du roman au moment où il a été publié) nous en livre la double confirmation avec l'intitulé “La véritable Histoire”.

Le “vrai” est paradoxalement à l’honneur dans cette pure fiction que ce soit dans le portrait des milieux sociaux, dans les détails géographiques, ou dans les portraits moraux des personnages souvent nommés comme s’ils existaient par des initiales : ex : M. B…, M de G…M… le père, G… M le jeune etc…

Les lecteurs de l’époque aimaient percer l’identité réelle des personnages dans une ambiance de folles rumeurs, voire de controverses (etc…), propre à la vie bouillonnante des salons littéraires. 

Le terme “histoire” donnait donc une impression de sérieux, échappant au préjugé défavorable du romanesque. 

Une autre raison justifie ce titre ; il entre dans la composition d’une vaste œuvre intitulée Mémoires d’un homme de qualité et dont Manon Lescaut constitue le 7e et avant-dernier tome comme nous l’avons vu précédemment.

L’abbé Prévost a choisi en outre de lier les deux héros dans le titre.

Chevalier des Grieux

C’est lui qui est nommé en premier dans le titre qui est évoqué en premier dans l’avis au lecteur. Pourquoi ? C’est parce que c’est le héros de l’action, celui qui raconte l’histoire de sa vie comme nous le verrons avec son statut de narrateur qu’il dispute à l’homme de qualité.

Mais c’est par son attribut nobiliaire qu’il apparaît puisqu’il est chevalier de l’ordre de Malte. Et si ce titre est mentionné, c’est pour mieux l’opposer à la présentation de l’héroïne, Manon Lescaut .  

Manon Lescaut

Elle est présentée par son prénom et son nom. On souligne par là sa position sociale qui est inférieure à celle de son amant. Manon Lescaut est une fille du peuple qui n’a pas vocation à épouser Des Grieux.

Des barrières sociales surgissent entre eux. Dans le titre, on relève donc à la fois la présence entre l’homme et la femme, mais surtout la provenance sociale qui les oppose. 

Décadence

Avec le titre complet, on comprend que le roman se fonde sur une déchéance sociale de Des Grieux. Il ne s’agit pas d’un roman d’amour ou d’aventure, mais d’un roman sur la remémoration d’une passion comme le dit Jean Sgar. Nous y reviendrons dans le dossier.

La réduction du titre qui n’évoque désormais plus que l'héroïne pose en définitive des problèmes de compréhension véritable du roman. Dans l’article suivant, il nous appartiendra de présenter le contexte historique du roman.

sources : Sylviane Albertan-Coppola, Abbé Prévost : Manon Lescaut, Études littéraires, PUF

Jean Sgar, Les labyrinthes de la mémoire, PUF

 

repère à suivre : le contexte historique du roman 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article