Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La monarchie constitutionnelle et Olympe de Gouges

Olympe de Gouges, Monarchie constitutionnelle,

Olympe de Gouges, Monarchie constitutionnelle,

 

repère : Olympe de Gouges : présentation

Dans l'article précédent, nous avons évoqué les débuts de la révolution française avec la tenue des états généraux qui a abouti à l’abandon du vote par ordres et à la formation d’une assemblée constituante en charge de la rédaction d’une constitution écrite. 

Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen

L’idée d’une déclaration de droits se fait jour dans les premiers temps de l’été 1789. Il faut, en effet, marquer d'une pierre blanche le passage à un temps nouveau : ce sera le cas au travers de la proclamation de la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen (DDHC).

Ce texte est adopté dans la précipitation le 26 août 1789.

Il a puisé dans différentes déclarations des droits des Etats-Unis et promeut notamment la liberté et l’égalité avec l’abolition de privilèges. 

Il s’agit d’un texte à visée universaliste où le terme homme se comprend au sens large et signifie ainsi que la déclaration concerne tout être humain.

Au fond, ce texte comporte une nouvelle philosophie politique dénotant un esprit individualiste. Nous l’étudierons en détail dans le cadre de son rapprochement avec le propre texte d’Olympe de Gouges. 

Forts de ce texte, les parlementaires vont rédiger la première constitution écrite.

Constitution écrite

L’Assemblée a, en effet, à cœur d’élaborer une constitution écrite qui doit appliquer les principes nouvellement édictés. Le travail est long, car il est perturbé par l’effervescence populaire et les oppositions politiques au sein même de cette assemblée. 

La fuite à Varenne de Louis XVI le 20 juin 1791 menace de rendre ce travail parlementaire sans portée. 

Il faut donc attendre deux ans pour que ce texte puisse être finalisé : la première constitution est ainsi promulguée le 3 septembre 1791. 

Constitution du 3 septembre 1791

Ce texte fonde le principe d'une monarchie constitutionnelle circonscrivant le domaine d'attribution du pouvoir exécutif par rapport au pouvoir législatif.

La constitution se fonde sur une séparation entre le pouvoir exécutif, exercé par le roi, qui prête serment à la Nation et le pouvoir législatif, détenu par l’Assemblée, qui vote les lois. 

On note que le suffrage établit une distinction entre des citoyens actifs et des citoyens passifs. Les premiers sont des hommes de plus de vingt-cinq ans payant l’impôt, les seconds sont formés par les autres, c'est-à-dire les hommes pauvres, les femmes quels que soient leurs revenus, les domestiques, les enfants. Le suffrage devient donc censitaire. 

Olympe de Gouges soutient ce régime politique en dépit du suffrage censitaire. A ses yeux, il constitue un régime équilibré : la monarchie constitutionnelle  Elle voit néanmoins une ambiguïté dans la déclaration des droits de l’homme. Elle cherche à préciser dans ce texte la valeur universelle de ces droits étendus expressément à toutes les femmes.

C’est dans ces conditions que le 14 septembre 1791, Olympe de Gouges publie la déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne (DDFC). 

Son texte ne suscite aucun écho, on peut même dire qu'il passe totalement inaperçu...

Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour qu'il soit redécouvert...

Dans l’article suivant, nous entrerons dans le parcours proposé par le bac : Olympe de Gouges : écrire et combattre pour l'égalité

sources : 

Michel Winock, l’année sans pareille, Pluriel

Jean-Jacques Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France à nos jours, Dalloz

repère : Olympe de Gouges : écrire et combattre pour l'égalité

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article