Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Une lettre ouverte de Zola au Président de la République

  

Le thème de la correspondance dans la littérature comprend aussi un volet politique. Le meilleur exemple concerne la lettre ouverte de Zola au Président de la République, Félix Faure, le 3 janvier 1898 pour dénoncer les compromissions avec la vérité dans le procès Dreyfus. L'affaire Dreyfus est lancée...

affaire Dreyfus, Zola, Thème, correspondance, lettre ouverte,

 

Repères: thème de la correspondance : Lettre ouverte au Président de la République

Dans l'article précédent, nous avons parcouru la lettre du 31 janvier 1895 du capitaine Dreyfus écrite sur la route de la déportation de Cayenne à sa femme Lucie. Il faut attendre trois années pour que l'affaire Dreyfus ne soit lancée.

Zola

Émile Zola est devenu un farouche partisan du capitaine Dreyfus. Il prend la tête de ce combat avec sa plume. Il publie dans le quotidien qui appartient à Georges Clémenceau la célèbre lettre ouverte au Président Félix Faure le 3 janvier 1898.

C'est un coup de théâtre.

Tout est dit des lâchetés humaines ainsi que des compromissions avec la vérité.

Le ton à l'image du style est un chef d'œuvre !

Affaire Dreyfus

Quel dénouement après cette publication ? 

Zola quitte la France dans la précipitation, il reviendra en juin 1899. Avec cet article, il n'est plus possible au gouvernement d'ignorer la situation. Les tensions entre les deux France sont trop fortes.

Dreyfus revient alors du bagne pour y être à nouveau jugé à Rennes, durant les mois d'août et septembre 1899.

Malheureusement, le procès en révision aboutit à une nouvelle condamnation de Dreyfus, cette fois, à dix ans de prison, compte tenu de "circonstances atténuantes".

Il est grâcié par le Président de la République.

Le dénouement aura enfin lieu le 12 juillet 1906 avec sa réhabilitation par la Cour de Cassation.

Passages choisis :

 

Lettre à Monsieur Félix Faure,

 

Président de la République

Monsieur le Président,

Me permettez-vous, dans ma gratitude pour le bienveillant accueil que vous m’avez fait un jour, d’avoir le souci de votre juste gloire et de vous dire que votre étoile, si heureuse jusqu’ici, est menacée de la plus honteuse, de la plus ineffaçable des taches ?

Vous êtes sorti sain et sauf des basses calomnies, vous avez conquis les cœurs. Vous apparaissez rayonnant dans l’apothéose de cette fête patriotique que l’alliance russe a été pour la France, et vous vous préparez à présider au solennel triomphe de notre Exposition Universelle, qui couronnera notre grand siècle de travail, de vérité et de liberté. Mais quelle tache de boue sur votre nom — j’allais dire sur votre règne — que cette abominable affaire Dreyfus ! Un conseil de guerre vient, par ordre, d’oser acquitter un Esterhazy, soufflet suprême à toute vérité, à toute justice. Et c’est fini, la France a sur la joue cette souillure, l’histoire écrira que c’est sous votre présidence qu’un tel crime social a pu être commis.

Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice. Mes nuits seraient hantées par le spectre de l’innocent qui expie là-bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu’il n’a pas commis.

Et c’est à vous, monsieur le Président, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d’honnête homme. Pour votre honneur, je suis convaincu que vous l’ignorez. Et à qui donc dénoncerai-je la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n’est à vous, le premier magistrat du pays ? (...)

Ah ! cette première affaire, elle est un cauchemar, pour qui la connaît dans ses détails vrais ! Le commandant du Paty de Clam arrête Dreyfus, le met au secret. Il court chez madame Dreyfus, la terrorise, lui dit que, si elle parle, son mari est perdu. Pendant ce temps, le malheureux s’arrachait la chair, hurlait son innocence. Et l’instruction a été faite ainsi, comme dans une chronique du XVe siècle, au milieu du mystère, avec une complication d’expédients farouches, tout cela basé sur une seule charge enfantine, ce bordereau imbécile, qui n’était pas seulement une trahison vulgaire, qui était aussi la plus impudente des escroqueries, car les fameux secrets livrés se trouvaient presque tous sans valeur. Si j’insiste, c’est que l’œuf est ici, d’où va sortir plus tard le vrai crime, l’épouvantable déni de justice dont la France est malade. Je voudrais faire toucher du doigt comment l’erreur judiciaire a pu être possible, comment elle est née des machinations du commandant du Paty de Clam, comment le général Mercier, les généraux de Boisdeffre et Gonse ont pu s’y laisser prendre, engager peu à peu leur responsabilité dans cette erreur, qu’ils ont cru devoir, plus tard, imposer comme la vérité sainte, une vérité qui ne se discute même pas. Au début, il n’y a donc, de leur part, que de l’incurie et de l’inintelligence. Tout au plus, les sent-on céder aux passions religieuses du milieu et aux préjugés de l’esprit de corps. Ils ont laissé faire la sottise.

Mais voici Dreyfus devant le conseil de guerre. Le huis clos le plus absolu est exigé. Un traître aurait ouvert la frontière à l’ennemi pour conduire l’empereur allemand jusqu’à Notre-Dame, qu’on ne prendrait pas des mesures de silence et de mystère plus étroites. La nation est frappée de stupeur, on chuchote des faits terribles, de ces trahisons monstrueuses qui indignent l’Histoire ; et naturellement la nation s’incline. Il n’y a pas de châtiment assez sévère, elle applaudira à la dégradation publique, elle voudra que le coupable reste sur son rocher d’infamie, dévoré par le remords. Est-ce donc vrai, les choses indicibles, les choses dangereuses, capables de mettre l’Europe en flammes, qu’on a dû enterrer soigneusement derrière ce huis clos ? Non ! il n’y a eu, derrière, que les imaginations romanesques et démentes du commandant du Paty de Clam. Tout cela n’a été fait que pour cacher le plus saugrenu des romans-feuilletons. Et il suffit, pour s’en assurer, d’étudier attentivement l’acte d’accusation, lu devant le conseil de guerre.(...)

Mais cette lettre est longue, monsieur le Président, et il est temps de conclure. J’accuse le lieutenant-colonel du Paty de Clam d’avoir été l’ouvrier diabolique de l’erreur judiciaire, en inconscient, je veux le croire, et d’avoir ensuite défendu son œuvre néfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables.

J’accuse le général Mercier de s’être rendu complice, tout au moins par faiblesse d’esprit, d’une des plus grandes iniquités du siècle.

J’accuse le général Billot d’avoir eu entre les mains les preuves certaines de l’innocence de Dreyfus et de les avoir étouffées, de s’être rendu coupable de ce crime de lèse-humanité et de lèse-justice, dans un but politique et pour sauver l’état-major compromis.

J’accuse le général de Boisdeffre et le général Gonse de s’être rendus complices du même crime, l’un sans doute par passion cléricale, l’autre peut-être par cet esprit de corps qui fait des bureaux de la guerre l’arche sainte, inattaquable.

J’accuse le général de Pellieux et le commandant Ravary d’avoir fait une enquête scélérate, j’entends par là une enquête de la plus monstrueuse partialité, dont nous avons, dans le rapport du second, un impérissable monument de naïve audace.

J’accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d’avoir fait des rapports mensongers et frauduleux, à moins qu’un examen médical ne les déclare atteints d’une maladie de la vue et du jugement.

J’accuse les bureaux de la guerre d’avoir mené dans la presse, particulièrement dans L’Éclair et dans L’Écho de Paris, une campagne abominable, pour égarer l’opinion et couvrir leur faute.

J’accuse enfin le premier conseil de guerre d’avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j’accuse le second conseil de guerre d’avoir couvert cette illégalité, par ordre, en commettant à son tour le crime juridique d’acquitter sciemment un coupable.

En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose.

Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de malfaisance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice.

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour ! J’attends.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.

Emile ZOLA

Pour lire le texte intégral  J-accuse-de-Zola.pdf

 

Repères à suivre: Lettre destinée à prodiguer des conseils (Sénèque) 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AnneP 18/10/2009 19:47


Pour avoir entendu parler de cet article fameux, je ne l'avais jamais lu ! honte à moi !


LITTERATUS 21/10/2009 08:15


Vous n'êtes pas la seule...


Lizagrèce 18/10/2009 11:12


Le journal "L'Aurore" de l'époque était bien courageux de publier cette lettre ... Il a pris un autre tournant au fil des années.. jusqu'à disparaître


LITTERATUS 18/10/2009 19:13


C'est toujours un peu tragique la fin d'un journal. De nos jours, quel organe de presse oserait publier un brûlot pareil ? je ne suis pas sûre qu'il y en ait un...


Quichottine 18/10/2009 01:20


C'est vrai que cette lettre-là est encore célèbre aujourd'hui.

Merci pour tous ces rappels.

Passe un bon dimanche.


LITTERATUS 18/10/2009 10:51


Si elle est connue, elle n'est plus lue et encore moins étudiée. C'est dommage ! Bonne journée !


Cat 17/10/2009 11:46


Quel coup de théâtre ! Zola prenait un risque incroyable ! Cela a permis de décanter les choses même si cela n'a pas résolu tout de suite l'affaire : le temps a pris son temps !


LITTERATUS 17/10/2009 12:54


Un coup de théâtre sans la scène et la comédie qui va de pair ! un retournement de situation digne d'une tragédie.


Val 17/10/2009 11:34


Quel texte, quelle charge contre le pouvoir militaire en place... le "j'attends"" de la fin est terrible... merci Litteratus


LITTERATUS 17/10/2009 12:52


Le texte en entier est impitoyable pour les auteurs de la machination. Le "j'attends" a une charge émotionnelle énorme !