Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Une lettre anonyme (Labiche)

La Littérature via notamment Eugène Labiche ne pouvait omettre d'évoquer les lettres abjectes qui émanent d'un correspondant anonyme, comme la plus célèbre émanant de Monsieur Perrichon, qui, pour échapper à un duel prévient lui-même les autorités compétentes.

 

lettre anonyme Labiche thème livres

Repères: thème de la correspondance: présentation

Dans l'article précédent, il a été question d'une correspondance entre un philosophe et son disciple, voyons aujourd'hui le cas de la lettre anonyme.

Une lettre abjecte

Une lettre anonyme appartenant certes à la catégorie des correspondances les plus abjectes trouve néanmoins sa place dans nos colonnes aujourd'hui.

Y aurait-il des lettres ignominieuses plus acceptables que d'autres, dignes de surcroît d'être publiées ?

La Gazette entend parfaitement le légitime concert des protestations qui s'élève ça et là et s'y associerait presque...

Monsieur Perrichon

Seulement, une lettre particulière mérite notre attention : présentons-la brièvement : Monsieur Perrichon, archétype du bourgeois parvenu de la fin du XIXème siècle, part en vacances pour la première fois de sa vie avec femme et enfant. Durant son séjour, il lui arrivera de nombreuses mésaventures dont une en particulier qui le conduira à répondre de ses actes par un duel en bonne et due forme.

Si Monsieur Perrichon a le verbe haut, il  n'est  pas animé d'un courage sans faille. Il serait même totalement poltron. Dès lors pour lui se pose la question de savoir comment se sortir de l'embarras dans lequel il s'est mis ?

Il a bien une idée qui nécessite une  simple feuille et une plume.

Le tour est joué ...

***

« Perrichon, seul. Il entre en tenant une lettre à la main. Il la lit.

"Monsieur le préfet, je crois devoir prévenir l'autorité que deux insensés ont l'intention de croiser le fer demain, à midi moins un quart..." (Parlé.) Je mets moins un quart afin qu'on soit exact. Il suffit quelquefois d'un quart d'heure ! ... (Reprenant sa lecture.) "A midi moins un quart... dans les bois de la Malmaison. Le rendez-vous est à la porte du garde... Il appartient à votre haute administration de veiller sur la vie des citoyens. Un des combattants est un ancien commerçant, père de famille, dévoué à nos institutions et jouissant d'une bonne notoriété dans son quartier. Veuillez agréer, monsieur le préfet", etc. etc. S'il croit me faire peur, ce commandant !... Maintenant l'adresse... (Il écrit.) "Très pressé, communication importante..." Comme ça, ça arrivera... (...) »

Le voyage de Monsieur Perrichon, Eugène Labiche

Repères à suivre: L'étude sur le thème de la correspondance

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flora 21/10/2009 12:24


Ce n'est pas tout de trouver autant de formes de correspondances mais des exemples parmi les plus grands textes littéraires! Merci.


LITTERATUS 22/10/2009 08:24


C'est un compliment qui me va droit au coeur !


Quichottine 20/10/2009 22:26


Je ne peux pas m'empêcher d'éclater de rire.

Tant pis pour le sérieux de ton article.... ne m'en veux pas. J'aime bien Labiche.


LITTERATUS 21/10/2009 08:24


Le sérieux de l'article... j'en riais d'avance... Un éclat de rire et le pari que j'ai fait est gagné. Merci Quichottine !


Val 20/10/2009 14:52


Comment sortir de l'embarras !


LITTERATUS 21/10/2009 08:23


Il fallait y penser !


La mansardienne 20/10/2009 12:36


Si Mr Perrichon est un poltron manifeste je trouve que cette mode des duels était  typique de l'imbécile orgeuil masculin. Bien savoureux cet extrait! Je n'imaginais pas
qu'il puisse exister autant de thèmes si éclectiques de correspondances. Merci de nous éclairer ainsi Litteratus.


LITTERATUS 21/10/2009 08:23


C'est vraiment adorable de m'encourager, j'ai exploré autant de possibilité de correspondances que j'ai pu ! J'ai mis les lettres absurdes de côté car je traiterai ce thème un jour... Monsieur
Perrichon représente en effet l'imbécile parfait confronté aux règles qu'on appelait d'honneur, en fait d'une virilité maladive et orgueilleuse.