Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Une horde de Rhinocéros à l'assaut d'une ville (Ionesco)

Repères : thème du pouvoir : l'étude

4897583623_f52dd6af43.jpg

 

Après Coriolan de Shakespeare, il vous est proposé de répondre à la question de savoir comment s'efface une démocratie avec une autre pièce de théâtre qui entre dans un tout autre registre, celui de l'Absurde : Rhinocéros de Ionesco.

***

Une horde de rhinocéros

Rhinoceros place d'emblée le lecteur dans la perspective d'une ville, représentation d'un pays, envahie soudainement par un rhinocéros, puis par une horde.

L'évènement inédit suscite bien des interrogations et des doutes dans un flot de paroles échangées ça et là, à la terrasse d'un café par un panel d'individus différents ; chacun y va de son commentaire, tous affirment leurs points de vue.

 

Illusion ou réalité

On débat, on se dispute. Le débat tourne entre illusion ou réalité. La situation n'est pas univoque, mais sujette à différentes interprétations. On y voit même l’œuvre d'une manipulation habile, d'une propagande bien orchestrée balayée de la main par des êtres qui ne s'en laissent pas compter habituellement.

Les discussions sur ce rhinocéros qui hante les esprits entrent dans le monde de l'entreprise, suscitant des querelles sans fin qui doivent cesser ainsi que le responsable du bureau l'ordonne :

« Ça va comme ça, on exagère. Assez de bavardages ! Rhinocéros ou non, il faut que le travail soit fait ! La maison ne vous paye pas pour perdre votre temps à vous entretenir d'animaux réels ou fabuleux ! » (acte II) ;

Une horde de rhinocéros envahit pourtant la ville...

Repères à suivre : l'étude : Rhinocéros ou la fascination du néant

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 21/01/2012 13:45


Je viens de regarder par la fenêtre : ouf! les rhinocéros ne sont pas encore là !


http://maisondeliza.over-blog.fr

Litteratus 21/01/2012 20:11



Ils arrivent sans qu'on le sache...