Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le père, source d'effroi (Chateaubriand)

Nous verrons la figure du père effrayant pour ses enfants dans l'extrait des Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand.

 

thème, père, effrayant, Chateaubriand, mémoire d'outre tombe

Repères thème du père : présentation

Nous poursuivons notre présentation du père dans la littérature. C'est l'occasion de mettre en relief différentes figures du père, selon une gradation passant du "bon" père au père tyrannique selon l'ordre suivant :

Nous avons lu un extrait du Petit Chose de Daudet, nous verrons aujourd'hui la figure suivante, si vous le voulez bien, celle du père effrayant pour ses enfants au travers de l'extrait des Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand.

Monsieur père

Le souvenir d'un père autoritaire et froid peut laisser une impression douloureuse à un enfant terrifié. Une marque indélébile pour la vie.

Prenons Chateaubriand qui a fait la rude expérience d'une relation au père dénuée de chaleur humaine.  

Relisons la description d'une étrange soirée familiale auprès du feu.

Mais l'auteur finira par rendre justice à la rigueur paternelle.

Peur             

« Les soirées d’automne et d’hiver étaient d’une autre nature. Le souper fini et les quatre convives revenus de la table à la cheminée, ma mère se jetait, en soupirant, sur un vieux lit de jour de siamoise flambée ; on mettait devant elle un guéridon avec une bougie. Je m’asseyais auprès du feu avec Lucile ; les domestiques enlevaient le couvert et se retiraient. Mon père commençait alors une promenade, qui ne cessait qu’à l’heure de son coucher. Il était vêtu d’une robe de ratine blanche, ou plutôt d’une espèce de manteau que je n’ai vu qu’à lui. Sa tête, demi-chauve, était couverte d’un grand bonnet blanc qui se tenait tout droit. Lorsqu’en se promenant, il s’éloignait du foyer, la vaste salle était si peu éclairée par une seule bougie qu’on ne le voyait plus ; on l’entendait seulement encore marcher dans les ténèbres : puis il revenait lentement vers la lumière et émergeait peu à peu de l’obscurité, comme un specte, avec sa robe blanche, son bonnet blanc, sa figure longue et pâle. Lucile et moi, nous échangions quelques mots à voix basse, quand il était à l’autre bout de la salle ; nous nous taisions quand il se rapprochait de nous. Il nous disait, en passant : « De quoi parliez-vous ? » Saisis de terreur, nous ne répondions rien ; il continuait sa marche le reste de la soirée, l’oreille n’était plus frappée que du bruit mesuré de ses pas, des soupirs de ma mère et du murmure du vent. »

Les Mémoires d'Outre-Tombe, Chateaubriand, wikisource

http://fr.wikisource.org/wiki/M%C3%A9moires_d%E2%80%99outre-tombe/Premi%C3%A8re_partie/Livre_III

                                                                 ***

« Je pleurai M. de Chateaubriand : sa mort me montra mieux ce qu'il valait ; je ne me souvins ni de ses rigueurs ni de ses faiblesses. Je croyais encore le voir se promener le soir dans la salle de Combourg ; je m'attendrissais à la pensée de ces scènes de famille. Si l'affection de mon père pour moi se ressentait de la sévérité du caractère, au fond elle n'en était pas moins vive.(...)" 

Les Mémoires d'Outre-Tombe, Chateaubriand, wikisource

http://fr.wikisource.org/wiki/M%C3%A9moires_d%E2%80%99outre-tombe/Premi%C3%A8re_partie/Livre_IV

 repère à suivre : le père abusif

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 20/08/2010 15:56



Avec l'âge, certains mauvais passages de l'enfance s'éffacent et l'on comprend avec le temps que les parents font de leur mieux !
Jean-Yves



Litteratus 20/08/2010 17:49



lorsqu'on devient précisément parent !



Prioul Serge 10/06/2010 21:16



Je n'ai pas la prétention d'avoir été un père exemplaire, bien au contraire, j'avais tant de défauts que parfois je n'en reviens pas d'avoir des enfants aussi équilibrés. Je veux dire aussi que,
malgré tout, je suis resté à ma place : celle du père un peu ogre comme celui de l'auteur et je m'en félicite ; c'est sûrement là, au travers de tous ces points négatifs, celui que je revendique
et dont je suis persuadé des bons effets.



Litteratus 11/06/2010 15:30



La confession assumée d'un vrai père !



Pascal 10/06/2010 19:50



Ai tjrs été étonné par cette mansuétude pour les morts ! Enfin bref... that's life ! Joke. A+ Lit



Litteratus 10/06/2010 20:49



un soupçon de cynisme et d'humour !



flora 10/06/2010 09:29



Par bonheur, les relations parents-enfants ont globalement changé et les parents  -  le père, le plus souvent  -  ne sert plus d'épouvantail d'autorité. Terrible enfermement
dans le silence, sentiments étouffés par l'incapacité de les communiquer... Il décrit tellement bien la scène que la description seule nous fait frissonner...



Litteratus 10/06/2010 15:57



On imagine tellement la scène...



lyly 10/06/2010 06:36



Bonjour L


Chacun entend tenir son rôle à sa façon, avec sa sensibilité qui lui est propre


Autrefois on était bien moins à l'écoute des attentes des autres et des enfants


plus particulièrement !


Merci pour ce partage


Belle journée, bises, Lyly


 



Litteratus 10/06/2010 15:57



On imagine la terreur du fils devant la stature du père !