Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La générosité d'un père (Victor Hugo)

Dans la légende des Siècles, Hugo décrit le héros de tous les temps, le père nourricier.

père, thème, hugo, nourricier, légendes des siècles

 

Repères : thème du père : présentation

Nous poursuivons notre présentation du père dans la littérature. C'est l'occasion de mettre en relief différentes figures du père, selon une gradation passant du "bon" père au père tyrannique selon l'ordre suivant :

Nous avons lu un extrait de l'Odyssée avec Homère, nous poursuivons aujourd'hui avec la quatrième figure, si vous le voulez bien, celle du père généreux.

Un père nourricier

Découvrons la figure du père dévoué dont le dur labeur est essentiel à la subsistance matérielle de sa famille. Un héros de tous les temps décrit magistralement par Victor Hugo.

"L'homme est en mer. Depuis l'enfance matelot,
Il livre au hasard sombre une rude bataille.
Pluie ou bourrasque, il faut qu'il sorte, il faut qu'il aille,
Car les petits enfants ont faim. Il part le soir
Quand l'eau profonde monte aux marches du musoir.
Il gouverne à lui seul sa barque à quatre voiles.
La femme est au logis, cousant les vieilles toiles,
Remmaillant les filets, préparant l'hameçon,
Surveillant l'âtre où bout la soupe de poisson,
Puis priant Dieu sitôt que les cinq enfants dorment.
Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment,
Il s'en va dans l'abîme et s'en va dans la nuit.
Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit.
Dans les brisants, parmi les lames en démence,
L'endroit bon à la pêche, et, sur la mer immense,
Le lieu mobile, obscur, capricieux, changeant,
Où se plaît le poisson aux nageoires d'argent,
Ce n'est qu'un point ; c'est grand deux fois comme la chambre.
Or, la nuit, dans l'ondée et la brume, en décembre,
Pour rencontrer ce point sur le désert mouvant,
Comme il faut calculer la marée et le vent !
Comme il faut combiner sûrement les manoeuvres !
Les flots le long du bord glissent, vertes couleuvres ;
Le gouffre roule et tord ses plis démesurés,
Et fait râler d'horreur les agrès effarés.
Lui, songe à sa Jeannie au sein des mers glacées,
Et Jeannie en pleurant l'appelle ; et leurs pensées
Se croisent dans la nuit, divins oiseaux du coeur."
(…)

La légende des siècles, les pauvres gens Victor Hugo, Wikisource. lien

repère à suivre : un père endeuillé 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 22/07/2010 17:05



Ton article m'a tout suite fait penser au livre "Le Viel Homme et la Mer" d'Hemingway". Livre que j'avais commencé à lire au moment de mes balbutiements de lecteur... Il faudrait que je le
reprenne et que je le finisse.
Jean-Yves



Litteratus 01/08/2010 18:51



Dans la pile des livres à lire.



Pascal 06/06/2010 18:58



Le Père ? Voir ou revoir 'la vie est belle '. a+ Lit



Litteratus 06/06/2010 19:25



Belle référence en effet ...



flora 06/06/2010 16:06



Tous les sujets, tous les décors deviennent grandioses sous la plume de Hugo. On ne l'imagine guère en train d'écrire La première gorgée de bière...



Litteratus 06/06/2010 19:25



Il est poète, écrivain et pamphlétaire... un génie !



lizagrèce 06/06/2010 12:50



La générosité du père ou bien le père nourricier ?



Litteratus 06/06/2010 19:23



On sent la douceur chez cet homme habitué aux tâches rudes..



lyly 06/06/2010 09:31



Bonjour L


Quelle magnifique description de ce dur métier de marin pêcheur !


Ce passage est sublime et je faisais malgré moi le parallèle avec les mineurs !


Bon dimanche, merci pour ce très beau partage


Bises, Lyly



Litteratus 06/06/2010 19:21



L'amour inconditionnel au risque du danger !