Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Un système de pensée : la douce pitié (Rousseau)

 

4334948750_5fa55dae03.jpg

repère : thème de l'esprit

 

Qu'est-ce qui peut unir les hommes entre eux ? Le plaisir, l'intérêt... ?

 

Pour Jean-Jacques Rousseau, l'attachement des hommes repose davantage sur la peine que l'on ressent à la vue de la misère d'autrui.

 

Ce sentiment de compassion, sentiment de l'humanité, est le ciment des liens entre les hommes.

 

L'explication donnée par notre philosophe-écrivain repose sur un étrange constat...

 

***

 

«Il suit là que nous nous attachons à nos semblables moins par le sentiment de leurs plaisirs que par celui de leurs peines ; car nous y voyons bien mieux l’identité de notre nature et les garants de leur attachement pour nous. Si nos besoins communs nous unissent par intérêt, nos misères communes nous unissent par affection. L’aspect d’un homme heureux inspire aux autres moins d’amour que d’envie ; on l’accuserait volontiers d’usurper un droit qu’il n’a pas en se faisant un bonheur exclusif ; et l’amour-propre souffre encore en nous faisant sentir que cet homme n’a nul besoin de nous. Mais qui est-ce qui ne plaint pas le malheureux qu’il voit souffrir ? Qui est-ce qui ne voudrait pas le délivrer de ses maux s’il n’en coûtoit qu’un souhait pour cela ? L’imagination nous met à la place du misérable plutôt qu’à celle de l’homme heureux ; on sent que l’un e ces états nous touche de plus près que l’autre. La pitié est douce, parce qu’en se mettant à la place de celui qui souffre, on sent pourtant le plaisir de ne pas souffrir comme lui. L’envie est amère, en ce que l’aspect d’un homme heureux, loin de mettre l’envieux à sa place, lui donne le regret de n’y pas être. Il semble que l’un nous exempte des maux qu’il souffre, et que l’autre nous ôte les biens dont il jouit.

 

L'Émile, Rousseau (livre IV), source :

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89mile,_ou_De_l%E2%80%99%C3%A9ducation/%C3%89dition_1782/Livre_IV

repère à suivre : le positivisme

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flora 09/11/2010 22:31



L'analyse est juste, le regard acéré et impitoyable...



Litteratus 10/11/2010 18:50



Une analyse déjà finement psychologique...



Pascal 09/11/2010 20:52



Ce n'est pas forcément faux mais il n'est pas certain que ce soit vrai ... sacré Jean-Jacques. Merci. a+ Lit



Litteratus 10/11/2010 18:44



Voilà un commentaire digne d'un normand !