Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

un système de pensée : l'Art pour l'Art (Leconte de Lisle)

3938968751_85802ac453.jpg

 

repère : thème de l'esprit

Nous finirons notre tour d'horizon littéraire par l'esthétisme compris comme une opposition au courant naturaliste et qui a pour vocation de ne rechercher que le raffinement, le Beau.

Le mouvement Parnasse représenté par un de ses membres admirables est aujourd'hui mis à l'honneur.

Entendez-vous la mélodie des mots ? presque une ritournelle...

Les Elfes

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.

Du sentier des bois aux daims familier,
Sur un noir cheval, sort un chevalier.
Son éperon d’or brille en la nuit brune ;
Et, quand il traverse un rayon de lune,
On voit resplendir, d’un reflet changeant,
Sur sa chevelure un casque d’argent.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.


Ils l’entourent tous d’un essaim léger
Qui dans l’air muet semble voltiger.
- Hardi chevalier, par la nuit sereine,
Où vas-tu si tard ? Dit la jeune reine.
De mauvais esprits hantent les forêts ;
Viens danser plutôt sur les gazons frais.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.

- Non ! Ma fiancée aux yeux clairs et doux
M’attend, et demain nous serons époux.
Laissez-moi passer, elfes des prairies,
Qui foulez en rond les mousses fleuries ;
Ne m’attardez pas loin de mon amour,
Car voici déjà les lueurs du jour.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.

- Reste, chevalier. Je te donnerai
L’opale magique et l’anneau doré,
Et, ce qui vaut mieux que gloire et fortune,
Ma robe filée au clair de la lune.
- Non ! Dit-il. - Va donc ! - Et de son doigt blanc
Elle touche au cœur le guerrier tremblant.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.


Et sous l’éperon le noir cheval part.
Il court, il bondit et va sans retard ;
Mais le chevalier frissonne et se penche ;
Il voit sur la route une forme blanche
Qui marche sans bruit et lui tend les bras :
- Elfe, esprit, démon, ne m’arrête pas !

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.

Ne m’arrête pas, fantôme odieux !
Je vais épouser ma belle aux doux yeux.
- Ô mon cher époux, la tombe éternelle
Sera notre lit de noce, dit-elle.
Je suis morte ! - Et lui, la voyant ainsi,
D’angoisse et d’amour tombe mort aussi.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les elfes joyeux dansent sur la plaine.

Poèmes Barbares, Leconte de Lisle, source : wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Elfes

 

repères à suivre : étude

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cat 17/11/2010 12:14



Zut j'ai du retard à rattraper..


Barbares ces poèmes! Que neni! Quelle fraîcheur!



Litteratus 17/11/2010 18:51



On doit ce nom de "poèmes barbares" non seulement aux voyages du poètes dans des contrées lointaines et exotiques pour l'époque mais aussi à ses promenades au Jardin des Plantes, outre ses
lectures et ses rêves.... cela donne de la matière à son œuvre !



Pascal Girard 16/11/2010 20:56



J'ai vu Rouget avant de comprendre que c'était un AUTRE De Lisle ... on voit bien que ce que l'on veut voir. a+ Lit



Litteratus 17/11/2010 18:40



Une lecture globale sans doute...



flora 15/11/2010 11:17



Chère Litteratus, votre évocation de la tendence "l'Art pour l'Art" me rajeunit tout d'un coup, me ramenant aux temps de mes études dans la Hongrie communiste. Le "réalisme socialiste" régnait
sur les créateurs dans tous les domaines et "l'Art pour l'Art" sévèrement banni car "nombriliste" et non "constructif", voire "stérile", résevant la compréhension à une élite et en
excluant "le peuple"... Un créateur "se retirant dans sa tour d'ivoire" (cette expression a marqué ma jeune imagination de 12-13 ans!...) et ne travaillant pas pour le peuple (sacro-saint, du
moins en slogans...)



Litteratus 15/11/2010 15:16



Vous êtes la mémoire de cette époque qui a trop tendance à être oubliée !



lyly 15/11/2010 07:17



Bonjour L


Oui, c'est vraiment Beau avec un grand B


Merci pour cette découverte


Très belle journée, bise, Lyly



Litteratus 15/11/2010 15:15



Ton enthousiasme me ravit !