Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Un professeur de philosophie mythique (4)

 

 Un professeur de philosophie mythique (4)

 

Madame Chatelet au Panthéon !

Repères : thème du mythe : le feuilleton : le bac expliqué à ma fille

Résumé : dans l’article précédent, il a été présenté Madame Chatelet, professeur de philosophie dans une ville de province française. A l’approche de la retraite, elle ne se départit jamais de cette bienveillance et de cette bonté qu’on lit toujours dans son regard. Elle conçoit d’enseigner la philosophie d’abord par sa manière d’être. Selon elle, tout est philosophie. Dès le début de son premier cours, elle les questionne sur la  question de savoir si l’éducation suppose l’exercice de la contrainte. Elle profite de cette séquence pour aborder la question de la discipline dans sa classe. Son auditoire est décontenancé par un tel enseignement placé sur la maïeutique. La deuxième leçon vise à savoir si la liberté conduit à l’instruction. Les élèves sont déroutés par l’impasse dans laquelle ils se trouvent. Pour sortir de la situation, la proposition est inversée : l’instruction mènerait-elle à la liberté ? La réponse à cette interrogation conduit  la classe à entrer dans le vif de l’enseignement de philosophie…

***

Un mythe vivant

Madame Chatelet semblait voir au plus profond de vous-mêmes ; elle était dotée de surcroît d’une mémoire infaillible. Elle avait réussi le tour de force de se souvenir du nom de ses élèves, de leurs liens de parenté. Que de jeunes gens avait-elle façonnés ! Le professeur était révéré comme un monument au sein de l’établissement. La vieille femme feignait de ne pas s’en émouvoir. Elle ne désirait à tout le moins profiter d’aucun avantage. Elle refusait le moindre passe-droit et n’avait aucuns desiderata en matière d’horaires, n’ayant plus d’enfants à élever comme elle le disait.

 

Ses quinze heures de cours hebdomadaires, son service d’agrégé, étaient effectuées avec une conscience et une régularité exceptionnelles. Ses élèves avaient conscience d’une chance incroyable de bénéficier de son enseignement. Chaque rentrée, on se poussait même du col lorsqu’on avait la chance de l’avoir dans l’aréopage de professeurs émérites. Son nom évoquait certes l’assurance d’avoir une bonne note au baccalauréat, mais elle avait développé un talent particulier qui la rendait inoubliable, mythique même. Ce talent désarmant empêchait la jalousie de ses collègues de faire son lit. Ils avaient conscience de ne pas concourir dans la même catégorie. Son expérience de pédagogue et sa redoutable joie de vivre décourageaient toute velléité de comparaison.


Une leçon de bonheur

Madame Chatelet était unique en son genre. Si on le lui disait, elle en avait du rouge aux joues comme une jeune vierge effarouchée. Elle répondait qu’elle se sentait investie d’une haute mission, civilisatrice comme elle aimait à le dire. Elle finissait toujours par un rire, celui de la modestie. Ce que ce professeur ne disait pas c’était le but recherché au travers de son enseignement. Sa touche apportée à l’édifice multiséculaire de la philosophie. Ce professeur hors du commun cherchait à dispenser durant ses heures de cours de philosophie une leçon de bonheur. Derrière ce vocable, rien n’était plus étranger qu’une béatitude un peu sotte ; elle voyait dans la philosophie, cette quête de la sagesse, un véritable bonheur, celui que l’on arrache au conformisme, à l’ignorance, à la mollesse du caractère.


Cette leçon de bonheur dispensée à plusieurs générations faisait d’elle un mythe, celui que l’on ne se lasse pas de raconter en famille, entre amis lorsqu’il est question des souvenirs d'école. Madame Chatelet méritait largement sa place au panthéon de l'Education Nationale...


Repères à  suivre : éditorial du mois de février 2014

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article