Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Un naufrage en rade de Lisbonne (Voltaire)

 

Un naufrage en rade de Lisbonne (Voltaire)

 

repères : thème de la mer : présentation

 

Des passagers d'un bateau pris dans la tourmente

Dans l'article précédent, nous avons retrouvé Robinson Crusoé englouti par une vague déferlante, nous poursuivons nos récits de tempête avec un héros naïf tiré du répertoire français : Candide.

Voltaire nous décrit le naufrage du bateau aux abords de Lisbonne et les comportements des différents passagers partagés entre l'indifférence, l'angoisse et l'oraison.

L'ironie de l'auteur pointe à chaque phrase.

Candide échappe avec Pangloss à la mort en flottant sur une planche de bois, salutaire...

***

"La moitié des passagers affaiblis, expirants de ces angoisses inconcevables que le roulis d’un vaisseau porte dans les nerfs et dans toutes les humeurs du corps agitées en sens contraires, n’avait pas même la force de s’inquiéter du danger. L’autre moitié jetait des cris et faisait des prières ; les voiles étaient déchirées, les mâts brisés, le vaisseau entr’ouvert. Travaillait qui pouvait, personne ne s’entendait, personne ne commandait. L’anabaptiste aidait un peu à la manœuvre ; il était sur le tillac ; un matelot furieux le frappe rudement et l’étend sur les planches ; mais du coup qu’il lui donna, il eut lui-même une si violente secousse, qu’il tomba hors du vaisseau, la tête la première. Il restait suspendu et accroché à une partie de mât rompu. Le bon Jacques court à son secours, l’aide à remonter, et de l’effort qu’il fait, il est précipité dans la mer à la vue du matelot, qui le laissa périr sans daigner seulement le regarder. Candide approche, voit son bienfaiteur qui reparaît un moment, et qui est englouti pour jamais. Il veut se jeter après lui dans la mer : le philosophe Pangloss l’en empêche, en lui prouvant que la rade de Lisbonne avait été formée exprès pour que cet anabaptiste s’y noyât. Tandis qu’il le prouvait a priori, le vaisseau s’entr’ouvre, tout périt à la réserve de Pangloss, de Candide, et de ce brutal de matelot qui avait noyé le vertueux anabaptiste ; le coquin nagea heureusement jusqu’au rivage, où Pangloss et Candide furent portés sur une planche."

Candide, chapitre 5, Voltaire

 

http://fr.wikisource.org/wiki/Candide,_ou_l%E2%80%99Optimisme/Beuchot_1829/Chapitre_5

 

repères à suivre : présentation : un sauvetage impossible

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article