Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

Un itinéraire balisé par deux lieux (Gaudé)

 

  (litteratus)

Itinéraire de Naples aux enfers...

repères : thème de la porte : l'étude 

 

Résumé : dans l'article précédent, nous avons indiqué que le titre du roman de Laurent Gaudé, La Porte des Enfers, nous renvoie à une vision eschatologique d'une vie après la mort. En réalité, ce n'est pas une porte mais des portes que le récit met en perspective. De nombreuses portes balisent en effet la lecture de ce livre qui se perd dans le temps et dans l'espace. Nous avons vu les circonstances des deux récits qui s'enchâssent dans celui qui a lieu au mois d'août 2002...


Découvrons aujourd'hui les repères géographiques de ce roman. On découvrira que les deux lieux distincts s'imbriquent pourtant dans le récit...

***

La ville de Naples

La géographique du livre nous laisse bien dans une seule et même ville : Naples. Mais dans ce récit, l'horizontalité de la ville s'oppose à sa verticalité. Nous sommes en surface dans une ville lumineuse, étouffante, sale, industrieuse, noyée dans le concert des klaxons de voitures. Nous pénétrons également dans un monde sinueux, sombre, celui des Enfers qui sont situés sous la ville. Loin de s'ignorer, ces deux sphères sont au contraire poreuses :

«Tout se confond et se superpose... les Anciens le savaient...Le monde des vivants et celui des morts se chevauchent. Il existe des ponts, des intersections, des zones troubles... Nous avons simplement désappris à le voir et à le sentir. »  (page 140)


Nous entrons à cet instant dans le vif du sujet car ces deux mondes sont séparés par des portes. Ces deux mondes cohabitent en effet dans une commune souffrance. Mais nul ne peut descendre ainsi aux Enfers ; il faut être un sujet souffrant pour pouvoir envisager une telle aventure périlleuse.

 

L'itinéraire jusqu'à la Porte des Enfers

Matteo, tout à sa douleur de n'avoir pu venger son fils, rencontre de curieux personnages notamment Don Mazerotti, qui vont l'amener à effectuer une descente aux Enfers. Il comprend que si les morts ne remontent pas, il peut les retrouver dans le monde souterrain. (page 152) Pour y accéder, il doit emprunter un itinéraire qui le fait descendre au port de Naples, franchir un certain nombre de grilles et de portes pour parvenir dans une sorte de grotte dans laquelle des salles s'ouvrent en grand nombre. On sent des ombres, des « plaintes animales » de ces créatures mythologiques, les Goules ; l'atmosphère est terrifiante.

 

Un bois sinistre et effrayant sépare encore l'entrée de Enfers proprement dit : « C'était la porte que l'on n'ouvre pas, celle du monde d'En-Bas où ne vont que les morts. Matteo et Mazerotti étaient arrivés au seuil des deux mondes et leurs corps d'hommes épuisés leur parurent dérisoires face à la monstruosité du bronze. » (page 175)

 

Mais que trouve-t-on précisément derrière cette porte monstrueuse ?

 

repères à suivre : l'étude : De l'autre côté de la porte des enfers

Commenter cet article