Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le recommencement d'une vie dans un voyageur sans bagage (4)

 

2600095418_9dc72ddb6b.jpg

Repères  : Thème de la Mémoire : l'étude du mois

 

Il a été précédemment rappelé que Gaston, héros amnésique de la pièce de théâtre d'Anouilh, assiste avec angoisse à la campagne de recherches lancée pour lui faire retrouver sa famille. La famille Renaud croit reconnaître en lui le cadet de la famille, Jacques, parfait scélérat. Devant un tel portrait, notre héros refuse d'endosser une telle identité.

***

Pour lever tous les doutes, il existe une preuve parfaite d'identification. Sa belle-sœur lui donne la clé capable de lui rendre son passé.

On ne peut pas éternellement échapper à son destin.

Après la vérification qui livre une bouleversante vérité, Georges choisit de manière irrépressible la fuite. Il s'agit non d'une preuve de lâcheté mais d'un refus radical d'endosser un passé, un milieu, des relations faites de faux-semblant qu'il ne supporte pas.

Il ne s'agit donc pas d'une simple échappatoire, il prône le fait que l'oubli au lieu d'être subie peut devenir une force. Une vie peut être recommencée au choix de son auteur :

« Je suis sans doute le seul homme, c'est vrai, auquel le destin aura donné la possibilité d'accomplir ce rêve de chacun... Je suis homme et je peux être, si je veux, aussi neuf qu'un enfant ! C'est un privilège dont il serait criminel de ne pas user. Je vous refuse. Je n'ai déjà depuis hier que trop de choses à oublier sur mon compte. » (5ème tableau)

Le monde des adultes semble rejeté pour un retour utopique vers l'âge de grâce, la jeunesse. Un recommencement choisit arbitrairement son point de départ...

C'est ainsi que la scène finale de la pièce de théâtre, pleine de fraîcheur naïve, permet à notre héros de choisir sa véritable famille, celle avec laquelle il aura tout à construire puisqu'ils n'ont rien en commun et notamment aucun souvenir...

Nous quitterons dans un prochain article cet univers candide pour nous plonger dans les affres de la reconstitution intériorisée d'un pan oublié d'une vie.

 

Repères à suivre  : La vie d'une autre ou douze années effacées...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flora 21/10/2011 17:49



Quelle tentation de pouvoir effacer le passé lourd pour renaître sur une page blanche!



Litteratus 21/10/2011 18:12



ou pour ne pas faire face à ses responsabilités...



lizagrèce 21/10/2011 12:19



Je ne sais pas si l'univers d' Anouilh est si candide !



Litteratus 21/10/2011 18:10



Son univers ne l'est pas vraiment, mais en l'espèce c'est la meilleure des possibilités pour le pauvre héros.