Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Sur les traces de Kipling dans l'Essex

 

  Sur les traces de Kipling dans l'Essex

  (Bateman's)

 

Repères : Tour d'Angleterre : l'Essex

 

Bateman's

Après Dickens et le Kent, nous voici avec Rudyard Kipling dans l'Essex.

Premier écrivain anglais, prix Nobel de littérature, cet auteur illustre connu pour ses ouvrages comme Kim et le livre de la jungle a choisi la campagne du sud londonien pour s'établir avec sa famille.


Bateman's est une demeure du 17ème siècle agrémentée d'un parc arboré. Une particularité mérite d'être soulevée : l'auteur a investi l'argent reçu du prix Nobel d'une manière bien originale. Il a en effet fait creuser un bassin d'eau permettant les promenades en petite barque.


Du cran

La Gazette vous propose aujourd'hui de parcourir la préface d'une œuvre étonnante intitulée Du cran. En quelques vers, il nous encourage à aller de l'avant ; il fait l'éloge du courage en nous donnant une leçon de vie :

 

****

"À tous aux mains de qui viendra ce tome —
Santé pour vous et ceux qui vous sont chers !
Joie au dehors, et bonheur dans le « home »,
Puis — un secret à l’oreille, ô très chers : —
Des Nations ont passé, qui ne laissèrent trace ;
Dans l’Histoire j’en vois le motif transparent
Nu, simple, unique est-il, quelle que soit la race ;
Le motif de leur chute est le manque de Cran.
 
Le Corps fût-il aveugle ou rabougri,
Boiteux, fiévreux, sans vigueur, malhabile.
Que toujours l’homme peut former l’Esprit
À former comme il veut le Corps le plus débile —

Nombreux ceux qui l’ont fait, dont la gloire encor brille :
Large flamme allumée en un falot d’enfant :
Donc avis à l’infirme avec ou sans béquille —
  Du Cran — du Cran ! Et dans l’Esprit, du Cran !


  Et si l’Esprit paraît gauche ou balourd,
Obstiné comme glaise ou mobile à la brise,
Fortifiez le Corps, et le Corps à son tour
Fortifiera l’Esprit jusqu’à pleine maîtrise ;
Tel le bon cavalier, en face de l’obstacle,
Du mors, de l’éperon, stimule le pur sang,
Et saute ; et tout le champ applaudit au spectacle !
  Du Cran — du Cran ! Et dans le Corps, du Cran !

Rien — ni les Arts, ni les Dons, ni les Grâces —
Ni la Gloire, ni l’Or ? — ne le remplace, absent.
Il est la Loi, qui toute loi embrasse —
Du Cran — du Cran ! Esprit et Corps, du Cran !


Cœur égal qui jamais ne triche un battement —
Tête froide pesant ce que le cœur convoite —
L’œil mesurant le pas, rendant la main adroite —
L’Âme indomptable quand le Corps enfin se rend —
Voilà ce qu’affaibli notre monde requiert,
Bien plus que les superfluités du talent ;

Donc, nous vous en prions, fils de généreux pères,
  Du Cran — du Cran ! Pour l’Honneur seul, du Cran !

  La leçon est Une en tous Temps et Places —
Une la Vérité, si change le firman,
Pour filles et garçons, et Tous, nations et races —
  Du Cran — du Cran ! Oui, croyez-moi, du Cran !

 

Du Cran ! Rudyard Kipling
Traduction de Louis Fabulet

 

http://fr.wikisource.org/wiki/Du_Cran_!

 

Repères à suivre :  Bienvenue dans le Surrey !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Parisianne 15/07/2013 21:11


Bonsoir,
Un lieu magique, je comprends que Kipling s'y soit plu et qu'il y ait trouvé la sérénité nécessaire à la création.

Bonne soirée
Anne

Litteratus 15/07/2013 21:20



Une visite formidable comme on peut en voir ici souvent !