Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Solidarité familiale : Barbe bleue (Perrault)

Barbebleue.jpg gustave doré gazette littéraire

(illustration Gustave Doré)

 

Un lien fort et indestructible

(Repères : thème de la fratrie : présentation)

Nous avons vu précédemment l'interdépendance familiale dans le contexte de l'œuvre de Jane Austen, c'est à dire le rapport passif subi par les membres d'une fratrie.

Voyons aujourd'hui l'hypothèse inverse : un membre de la fratrie décide librement d'apporter son secours à un de ses frères/sœurs.

Il s'agit d'envisager la question de la solidarité familiale.

Cette attitude a été traitée à de nombreuses reprises dans la littérature et notamment chez Mérimée. Mais on la trouve aussi inscrite dans un conte devenu mythique.

La Gazette vous propose de relire un extrait d'une œuvre très célèbre de Charles Perrault où une sœur à l'approche d'une mort certaine se trouve délivrée par l'intervention "providentielle" de ses frères.

 

***

 

« Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Je vois, répondit-elle, deux cavaliers qui viennent de ce côté, mais ils sont bien loin encore.

Dieu soit loué ! s’écria-t-elle un moment après, ce sont mes frères ; je leur fais signe tant que je puis de se hâter. »

La Barbe bleue se mit à crier si fort que toute la maison en trembla. La pauvre femme descendit, et alla se jeter à ses pieds tout épleurée et tout échevelée.

« Cela ne sert à rien, dit la Barbe bleue ; il faut mourir. »

Puis, la prenant d’une main par les cheveux, et de l’autre, levant le coutelas en l’air, il allait lui abattre la tête. La pauvre femme, se tournant vers lui, et le regardant avec des yeux mourants, le pria de lui donner un petit moment pour se recueillir.

« Non, non, dit-il, recommande-toi bien à Dieu » ; et, levant son bras…

Dans ce moment, on heurta si fort à la porte que la Barbe bleue s’arrêta tout court. On l’ouvrit, et aussitôt on vit entrer deux cavaliers, qui mettant l’épée à la main, coururent droit à la Barbe bleue.

 

Il reconnut que c’étaient les frères de sa femme, l’un dragon et l’autre mousquetaire, de sorte qu’il s’enfuit aussitôt pour se sauver ; mais les deux frères le poursuivirent de si près qu’ils l’attrapèrent avant qu’il pût gagner le perron. Ils lui passèrent leur épée au travers du corps, et le laissèrent mort. La pauvre femme était presque aussi morte que son mari, et n’avait pas la force de se lever pour embrasser ses frères.

Il se trouva que la Barbe bleue n’avait point d’héritiers, et qu’ainsi sa femme demeura maîtresse de tous ses biens. Elle en employa une partie à marier sa sœur Anne avec un jeune gentilhomme dont elle était aimée depuis longtemps ; une autre partie à acheter des charges de capitaines à ses deux frères, et le reste à se marier elle-même à un fort honnête homme, qui lui fit oublier le mauvais temps qu’elle avait passé avec la Barbe bleue."

 

La Barbe Bleue, Charles Perrault http://fr.wikisource.org/wiki/La_Barbe_bleue

 

Repères à suivre : thème de la fratrie : le sacrifice d'une sœur (Antigone)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 09/05/2012 16:40


Ou bien solidarité féminine ?


http://maisondeliza.over-blog.fr

Litteratus 14/05/2012 19:38



les deux, mon capitaine !