Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

 

 

Quatrième règle d'or : la composition de français

Les six clés de la composition de français

Repères à suivre : thème des examens : la composition de français

 

Dans l’article précédent, nous avons vu quelques conseils pour la rédaction d’une composition écrite, il vous est proposé aujourd’hui de nous intéresser au commentaire composé d’un texte de français.

Six clés utiles

 La difficulté de l’exercice est de donner du relief au texte qui laisse si souvent sec. Combien sommes-nous à avoir peiné devant un texte ? Qui se souvient d’avoir été sans la moindre source d’inspiration  et d’avoir ressenti un sentiment d’impuissance devant une feuille blanche ?

La Gazette vous propose ses six clés pour sortir de l’embarras.

 

Il s’agit d’astuces pour permettre de sentir un texte. Ces points ont été éprouvés par l’usage et il semble qu’elle continue à faire recettes auprès de la jeune génération. Voyons donc à présent la méthode proposée par Litteratus. Il s’agit de prendre le texte sous six angles à l'aide du moyen mnémotechnique suivant : 

 

6           GROSSES                        CLEFS

 

Gr : grammaire                               C : Conjugaison

OS : oppositions                            le : champ lexical 

SE : les 5 sens                            FS : figures de style

 

La méthode en six points

  •  La conjugaison : recherchez le mode et  le(s)  temps employé(s) : le temps du passé (récit), le présent (vérité générale), le futur (espoir)
  • La grammaire : regardez la structure de l’œuvre (vers/prose) et faire une brève analyse grammaticale sujet+verbe+complément. Prenons par exemple : « La nuit est parsemée d'absurdes/ absurdes lumières, les étoiles, les phares, les bouées, les lumières de la terre, et dans la montagne les faibles feux du genêt qui brûle. » (Malone Meurt, Beckett page 190) : la nuit (sujet) + est parsemée (verbe au présent) + d’absurde  (COI, emploi au sens figuré etc)…. On voit en outre dans « absurdes lumières, les étoiles, les phares, les bouées, les lumières de la terre… »  L’accumulation de termes souvent répétés et séparés par des appositions : une liste de noms aux pluriels introduits par des articles tous définis (etc…). Cette dernière recherche permet de voir qui fait l’action, la manière dont cette dernière se déroule, l’usage d’adjectifs qualifiant le nom (etc)… 
  • Les oppositions : traquez toutes les oppositions du texte. Par exemple dans le texte de Beckett, on peut noter : « La nuit » / « absurdes lumières » (soit opposition nuit/jour) ou encore nuit/feu (soit le noir et le rouge) « les étoiles »/ « terre » (ciel/terre) ou encore les phares, les bouées/ montagne (soit montagne/mer) etc… Ces oppositions recherchées permettent de trouver la tonalité de l’œuvre. 
  • Les sens : recherche de sens convoqués au sein d'un texte.
  • Le champ lexical : c'est à dire le thème regroupant un ensemble de mots (richesse, mort...)
  • Les figures de style : il s’agit de retrouver l’emploi de figures par l’auteur : « La nuit est parsemée d'absurdes : une métaphore. « absurdes lumières » : oxymore etc… Dans l'article suivant, nous reviendrons plus en détail sur ces fameuses figures de style.
Mise en application de la méthode : 

Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose,
En sa belle jeunesse, en sa première fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l’Aube de
ses pleurs au point du jour l’arrose;

 

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur;
Mais battue, ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt, feuille à feuille déclose.

 

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendres tu reposes.

 

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort, ton corps ne soit que roses.

 

Pierre de Ronsard, Amours, 1560

 

Plan possible

 

  1. éloge de la femme

a) la structure du sonnet (la rose (2 quatrains)/la femme (2 tercets) : temps et espace : début, printemps, aube, champ lexical de la nature (forêt) : aspect bucolique. Opposition entre les temps de l’indicatif (Présent/imparfait/ passé composé)

b) thème de la beauté : personnification de la femme par la vue (1er) et l’odorat (2) : impression de fraîcheur (liquide). Répétitions nombreuses. Allitérations en s, r….

  1. Brièveté de la vie
  1. Opposition jeunesse/mort- terre/ciel : grammaire : participes passés (batture, déclose) : rôle du sort
  2. Champ lexical de la mort : rite funéraire, pleurs, couleur foncé cendres/fleurs, larmes/pleurs
  1. L’immortalité atteinte
  1. Prise à partie de la femme : Allitérations  en t : tu t ton ta
  2. Rôle du poète au travers de l’impersonnalité « on » : célébrer pour l’éternité l’amour (toucher). Impératif (offrande) /Subjonctif (souhait, vœu)

 

Repères à suivre : les principales figures de style.

 

Quatrième règle d'or : la composition de français

Commenter cet article