Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Portrait de femme : la femme séductrice (Moréas)

 

Repère: le thème de la femme

Après la femme revendicatrice, découvrons ensemble la femme perfide sous la plume d'un poète plus habituellement appelé à vanter l'idéal féminin.

Point de déclaration lyrique dans le poème qui suit, mais de la vengeance ! La femme dont il est question aujourd'hui cherche à obtenir de son beau-frère la mort de... son mari !

Pour réussir dans son entreprise, la séductrice s'exerce à plaire en soignant son apparence physique. Mais les choses s'avèrent souvent plus difficiles qu'on ne le pense !

Et les résultats ne sont pas toujours garantis...

 

***

La Femme Perfide

L’eau du bain perle encore en ses cheveux de jais.
Elle a mis pour sourcils le plumage des geais.
Elle a mis dans ses yeux le jaspe et l’hyacinthe.
D’argent tissé, de soie et d’or sa taille est ceinte.

Des roses du rosier elle a plein ses deux mains.
Elle revient du bain à l’ombre des jasmins.
Quatre tours de sequins ornent sa gorge altière.
Elle revient du bain portée en sa litière.
— " ô ma sœur, vous avez les yeux d’une houri.
N’être pas votre frère, être votre mari !
— et si je suis ta sœur et femme de ton frère,
va tuer mon mari, tu pourrais bien me plaire.
— comment tuer mon frère ? Il faut une raison,
il faut une raison pour cette trahison.
— va le trouver et dis : " je veux que l’on partage ;
pour moi la belle part je veux de l’héritage ! "

il serre son khandjar, il monte son cheval,
et hop et hop il va galopant par le val.
— " Kostandi, Kostandi, je veux que l’on partage ;
pour moi la belle part je veux de l’héritage.
— sois donc heureux, mon frère, et n’aie
aucun souci.
Pour toi la belle part, pour toi la mienne aussi. "
la bonté de son frère amollit son courage.
Le front sur les genoux, il sanglote de rage.
Il serre son khandjar, il monte son cheval,
et hop et hop il va galopant par le val.
— " ma sœur de l’eau, de l’eau que je lave ma lame
du sang de ton mari, car il a rendu l’âme. "

elle saisit un broc de vin clair, tellement
dans sa joie effrénée elle a d’empressement.
Il la prend par sa longue et belle chevelure,
et lui tranche, d’un coup, la tête à l’encolure.
La tête dans sa main, il monte son cheval,
et hop et hop il va galopant par le val.
— " mouds-la, meunier, et fais de la farine rouge,
du fard pour la catin, et du fard pour la gouge. "

Les cantilènes, Jean Moréas (1856-1910)

http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Cantil%C3%A8nes

Repères à suivre: la femme publique

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 12/05/2011 22:33



Je trouve ce texte horriblement masculin ...



Litteratus 13/05/2011 20:06



Il est horrible tout simplement...



flora 12/05/2011 17:36



Belle ballade, tragique à souhait, comme il se doit...



Litteratus 13/05/2011 20:06



Seul le décor change des autres ballades...



lyly 12/05/2011 07:11



Un magnifique exemple de perfidie effectivement !


Ce poème est très beau par ses descriptions et superbement organisé


Merci pour cette découverte


Belle journée, bises, Lyly



Litteratus 13/05/2011 20:04



On est entraîné dans une étrange atmosphère...