Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Œdipe de Corneille (3)

Œdipe de Corneille (3) thème mythe littéraire

 

Où il est question de retrouver le mythe d'Oedipe chez Corneille

Repères : thème des mythes : présentation

Epoque classique

Dans l’article précédent, nous avons vu l’adaptation du mythe d’Œdipe par l’auteur romain Sénèque. Changeons, si vous le voulez bien, d'époque pour parvenir au XVIIème siècle, âge d'or du Classicisme.

Voyons aujourd’hui ce que Corneille a entrepris de réaliser avec le même récit. La première chose qu’il convient de relever à la lecture de cet extrait, c’est qu’il s’agit d’une pièce en alexandrin. De plus, l’action qui se situe toujours au même moment, c’est-à-dire lors de la prise de conscience par Œdipe de son double forfait, va révéler l’absence de faute du héros.

Il convient en effet de relever que le héros cornélien ne se considère nullement responsable du crime qui lui est reproché. Au contraire, il fait figure de victime d’un oracle qui le dépasse. Dans la tirade qui vous est proposée, vous pourrez constater les oppositions entre l’action d’une multitude vainement active et la solitude du héros totalement passif dans le fil de son destin déjà écrit. Par ailleurs, on peut aussi noter les anaphores « ce sont eux qui » qui excluent toute intention criminelle de sa part.

Oedipe.

Hélas ! Je le vois trop ; et vos craintes secrètes,

Qui vous ont empêchés de vous entr'éclaircir,

Loin de tromper l'oracle, ont fait tout réussir.

Voyez où m'a plongé votre fausse prudence :

Vous cachiez ma retraite, il cachait ma naissance ;

Vos dangereux secrets, par un commun accord,

M'ont livré tout entier aux rigueurs de mon sort :

Ce sont eux qui m'ont fait l'assassin de mon père ;

Ce sont eux qui m'ont fait le mari de ma mère.

D'une indigne pitié le fatal contre-temps

Confond dans mes vertus ces forfaits éclatants :

Elle fait voir en moi, par un mélange infâme,

Le frère de mes fils et le fils de ma femme.

Le ciel l'avait prédit : vous avez achevé ;

Et vous avez tout fait quand vous m'avez sauvé. »

Acte 5, scène 3 Œdipe Corneille

http://fr.wikisource.org/wiki/%C5%92dipe_%28Corneille%29#Sc.C3.A8ne_premi.C3.A8re_5

 

Repères à suivre : Œdipe de Voltaire

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 14/01/2014 14:31


Je pense que nous sommes toujours envahis par le sentiment de culpabilité

Litteratus 14/01/2014 14:39



C'est en effet une caractéristique propre à l'Occident...



lizagrèce 13/01/2014 22:55


La fatalité - le destin ... Autres préceptes qui se retrouvent ensuite dans la chrétienneté !

Litteratus 14/01/2014 10:52



Il ya aussi dans la chrétienté un message de libération à l'égard justement de ce fatum ; la liberté individuelle reste au cœur du message évangélique ; certes la mise en application de ce
principe a pu être lente durant les siècles...