Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Les vanités humaines (Molière)

 

 

2472473414_938204527b.jpg

 

Repères : thème du ridicule : présentation

 

Trissotin, triple sot

Après avoir vu le ridicule des sots bavardages humains, découvrons aujourd'hui la dénonciation des petites vanités humaines.

Un auteur a déployé tout son talent pour mettre en exergue l'orgueil de l'être humain. Il s'agit évidemment de Molière. Il vous est proposé aujourd'hui de découvrir un extrait de la scène III de l'acte III des Femmes savantes.


Le procédé comique

Molière met en présence deux pédants, Trissotin qui signifie triple sot et son ami Vadius. Ce dernier est présenté à la maisonnée. Son talent fait pâmer de plaisir ces dames. Puis la conversation tourne autour des deux hommes qui se tressent mutuellement des louanges avant de s'injurier sévèrement. Le procédé comique tient dans la rupture des affections de deux hommes qui passent ainsi de l'estime à la haine, du vouvoiement au tutoiement.


Quel est donc l'objet de leur vaine querelle ? La valeur d'un sonnet anonyme dont Vadius a maladroitement critiqué la valeur. Trissotin se déclare être l'auteur du poème et fustige ainsi son ami...


Des petites vanités érigées en ridicule... savoureux !

***

(...)

TRISSOTIN
Au reste, il fait merveille en vers ainsi qu'en prose,
Et pourrait, s'il voulait, vous montrer quelque chose.

VADIUS
Le défaut des auteurs, dans leurs productions,
C'est d'en tyranniser les conversations,
D'être au Palais, au Cours, aux ruelles, aux tables,
De leurs vers fatigants lecteurs infatigables.
Pour moi, je ne vois rien de plus sot à mon sens
Qu'un auteur qui partout va gueuser des encens,
Qui des premiers venus saisissant les oreilles,
En fait le plus souvent les martyrs de ses veilles.
On ne m'a jamais vu ce fol entêtement;
Et d'un Grec là-dessus je suis le sentiment,
Qui, par un dogme exprès, défend à tous ses sages
L'indigne empressement de lire leurs ouvrages.
Voici de petits vers pour de jeunes amants,
Sur quoi je voudrais bien avoir vos sentiments.

TRISSOTIN
Vos vers ont des beautés que n'ont point tous les autres.

VADIUS
Les grâces et Vénus règnent dans tous les vôtres.

TRISSOTIN
Vous avez le tour libre, et le beau choix des mots.

VADIUS
On voit partout chez vous l'ithos et le pathos.

TRISSOTIN
Nous avons vu de vous des églogues d'un style
Qui passe en doux attraits Théocrite et Virgile.

VADIUS
Vos odes ont un air noble, galant et doux,
Qui laisse de bien loin votre Horace après vous.

TRISSOTIN
Est-il rien d'amoureux comme vos chansonnettes?

VADIUS
Peut-on voir rien d'égal aux sonnets que vous faites?

TRISSOTIN
Rien qui soit plus charmant que vos petits rondeaux?

VADIUS
Rien de si plein d'esprit que tous vos madrigaux?

TRISSOTIN
Aux ballades surtout vous êtes admirable.

VADIUS
Et dans les bouts-rimés je vous trouve adorable.

TRISSOTIN
Si la France pouvait connaître votre prix.

VADIUS
Si le siècle rendait justice aux beaux esprits.

TRISSOTIN
En carrosse doré vous iriez par les rues.

VADIUS
On verrait le public vous dresser des statues.
Hom! C'est une ballade, et je veux que tout net
Vous m'en...

TRISSOTIN
Avez-vous vu certain petit sonnet
Sur la fièvre qui tient la princesse Uranie?

VADIUS
Oui, hier il me fut lu dans une compagnie.

TRISSOTIN
Vous en savez l'auteur?

VADIUS
Non; mais je sais fort bien
Qu'à ne le point flatter son sonnet ne vaut rien.

TRISSOTIN
Beaucoup de gens pourtant le trouvent admirable.

VADIUS
Cela n'empêche pas qu'il ne soit misérable;
Et, si vous l'avez vu, vous serez de mon goût.

TRISSOTIN
Je sais que là-dessus je n'en suis point du tout,
Et que d'un tel sonnet peu de gens sont capables.

VADIUS
Me préserve le Ciel d'en faire de semblables!

TRISSOTIN
Je soutiens qu'on ne peut en faire de meilleur;
Et ma grande raison, c'est que j'en suis l'auteur.

VADIUS
Vous!

TRISSOTIN
Moi.

VADIUS
Je ne sais donc comment se fit l'affaire.

TRISSOTIN
C'est qu'on fut malheureux de ne pouvoir vous plaire.

VADIUS
Il faut qu'en écoutant j'aye eu l'esprit distrait,
Ou bien que le lecteur m'ait gâté le sonnet.
Mais laissons ce discours et voyons ma ballade.

TRISSOTIN
La ballade, à mon goût, est une chose fade.
Ce n'en est plus la mode; elle sent son vieux temps.

VADIUS

La ballade pourtant charme beaucoup de gens.

TRISSOTIN
Cela n'empêche pas qu'elle ne me déplaise.

VADIUS
Elle n'en reste pas pour cela plus mauvaise.

TRISSOTIN
Elle a pour les pédants de merveilleux appas.

VADIUS
Cependant nous voyons qu'elle ne vous plaît pas.

TRISSOTIN
Vous donnez sottement vos qualités aux autres.

VADIUS
Fort impertinemment vous me jetez les vôtres.

TRISSOTIN
Allez, petit grimaud, barbouilleur de papier.

VADIUS
Allez, rimeur de balle, opprobre du métier.

TRISSOTIN
Allez, fripier d'écrits, impudent plagiaire.

VADIUS
Allez, cuistre.

 

PHILAMINTE
Eh! Messieurs, que prétendez-vous faire?

TRISSOTIN
Va, va restituer tous les honteux larcins
Que réclament sur toi les Grecs et les Latins.

VADIUS
Va, va-t'en faire amende honorable au Parnasse
D'avoir fait à tes vers estropier Horace.

(...)
Les femmes savantes, Molière, acte III scène III,

http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Femmes_savantes#SC.C3.88NE_III_3

 

Repères à suivre : présentation : le ridicule de la société française  (Montesquieu)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article