Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Les tropes (3) : la périphrase (Diderot)

 

4352972445_9ba88eb439.jpg

 

Repères : Thème du langage

                  - les figures de style.

 

Finissons, si vous le voulez bien, l'examen de la première catégorie des figures de renversement ou tropes.

 

Après la métaphore et la métonymie, voyons aujourd'hui la périphrase.


Mais qu'est-ce que véritablement une périphrase ? C'est un procédé stylistique qui consiste à désigner une chose de manière comparée.

 

Un mot par la combinaison de mots multiples : exemple : la langue de Molière, soit le Français.


Mais quelle est la raison d'être de cette figure de style ? La Gazette laisse à d'autres personnes plus compétentes le soin d'apporter une réponse.


Voyons celle proposée par Diderot dans l'Encyclopédie.


***

« Il est de la décence de recourir aux périphrases, pour faire entendre les choses qu’il ne convient pas de nommer. Ces tours d’expression sont souvent nécessaires aux Orateurs. La périphrase en étendant le discours le relève ; mais il la faut employer avec choix et avec mesure, pour qu’elle soit orationis dilucidior circuitio* et pour y produire une belle harmonie.

Platon dans une oraison funèbre parle ainsi :

« Enfin, messieurs, nous leur avons rendu les derniers devoirs, et maintenant ils achèvent ce fatal voyage ».

Il appelle la mort ce fatal voyage ; ensuite il parle des derniers devoirs comme d’une pompe publique que leur pays leur avait préparée exprès, pour les conduire hors de cette vie. De même Xénophon ne dit point, vous travaillez beaucoup ; mais,

« vous regardez le travail comme le seul guide qui peut vous conduire à une vie heureuse ».

périphrase, Encyclopédie, Diderot

http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Diderot_-_Encyclopedie_1ere_edition_tome_12.djvu/374

 

* littéralement, la circonlocution la plus claire du langage.

 

 

Repères à suivre : Thème du langage

                              - les figures de style.

                                               - une figure de répétition

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

flora 09/09/2011 09:40



La périphrase, à petite dose, rend le style plus nuancé, à plus forte dose, pédante...


Mais ce n'est que mon humble avis.



Litteratus 09/09/2011 13:38



Vous avez raison. Il faut le sens de la mesure avec ces figures de style...



ASP 07/09/2011 12:03



Je ne peux m'empêcher de penser à Audiard, le roi des figures de style en tous genres telle que celle-ci, célèbre, certes, mais si délicieuse que je ne peux résister au plaisir de la rappeler,
tirée de son film "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages":


"- J'ai bon caractère mais j'ai le glaive vengeur et le bras séculier. L'aigle va fondre sur la vieille buse.


- C'est chouette ça comme métaphore.


- C'est pas une métaphore, c'est une périphrase.


- Oh fait pas chier !


- ça c'est une métaphore !"


Bon ce n'est pas du Diderot mais c'est également très pédagogique, non ?



Litteratus 07/09/2011 13:07



C'est excellent !