Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Les plaisirs de la table : les petits arrangements avec la morale (Dumas)

 

4598382398_79a3a7dbd4.jpg

L'attrait de la table peut conduire après les arrangements avec la vérité, à des concessions en matière de morale.

Précisons le contexte historico-religieux de l'extrait d'aujourd'hui dont la clé est l'interdiction de consommer de la viande les vendredis de Carême.

Nos personnages entrant dans une auberge ont une faim énorme et veulent se sustenter royalement. Mais il n'y a qu'une délicieuse poularde qui peut leur être servie...

Ce n'est finalement pas un problème : il suffit de rebaptiser l'animal et le tour est joué !

***

"– Eh bien, dit Chicot, j'ai tort, à ce qu'il parait. Mais, comme je tiens beaucoup à manger cette poularde et à ne point pécher cependant, faites-moi le plaisir, mon frère, au nom de nos sentiments réciproques, de jeter sur elle quelques gouttes d'eau et de la baptiser carpe.

Ah ! ah ! fit Gorenflot.

Oui, je vous prie, dit le Gascon, sans quoi j'aurai mangé peut-être quelque animal en état de péché mortel.

Soit ! dit Gorenflot, qui, par sa nature, excellent compagnon, commençait d'être mis en train par les trois dégustations qu'il avait faites ; mais il n'y a plus d'eau.

Il est dit, je ne sais plus où, reprit Chicot : « Tu te serviras, en cas d'urgence, de ce que tu trouveras sous la main. » L'intention fait tout ; baptisez avec du vin, mon frère ; baptisez avec du vin ; l'animal en sera peut-être un peu moins catholique ; mais il n'en sera pas plus mauvais.

Et Chicot remplit bord à bord le verre du moine ; la première bouteille y passa.

Au nom de Bacchus, de Momus et de Comus, trinité du grand saint Pantagruel, dit Gorenflot, je te baptise carpe.

Et, trempant le bout de ses doigts dans le vin, il en laissa tomber deux ou trois gouttes sur l'animal.

Maintenant, dit le Gascon en choquant son verre contre celui du moine, à la santé de la nouvelle baptisée ; puisse-t-elle être cuite à point, et puisse l'art que va déployer maître Claude Bonhomet pour la perfectionner ajouter encore aux qualités qu'elle a reçues de la nature !

À sa santé ! dit Gorenflot en interrompant un rire bruyant pour avaler le verre de vin de Bourgogne que lui avait versé Chicot, à sa santé, morbleu ! voilà de fier vin !

Maître Claude, dit Chicot, mettez-moi incontinent cette carpe à la broche ; arrosez-la-moi avec du beurre frais, dans lequel vous allez hacher menu du lard et des échalotes ; puis, quand elle commencera à se dorer, glissez-moi deux rôties dans la lèchefrite, et servez chaud.

Gorenflot ne soufflait pas le mot, mais il approuvait de l'œil, et avec un certain petit mouvement de tête qui indiquait une complète adhésion."

Les dames de Montsoreau, Alexandre Dumas

http://fr.wikisource.org/wiki/Monsoreau_-_I,_XVIII

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 13/06/2011 19:29



Non car je n'aime pas  la carpe ...



Litteratus 14/06/2011 11:05



On peut trouver autre chose...



lizagrèce 12/06/2011 21:09



J'ai juste repris la recette qui ets dans le texte



Litteratus 13/06/2011 13:22



tu l'as testée ?



lizagrèce 11/06/2011 22:13



A l'évocation de la carpe arrosée de beurre avec un hachis d'échalotes et du lard ... je me lèche les doigts !


http://maisondeliza.over-blog.fr



Litteratus 12/06/2011 19:10



j'étais sûre que tu l'agrémenterais d'une sauce à ta façon...



flora 11/06/2011 10:13



De l'eau à la bouche!...



Litteratus 11/06/2011 19:26



 lorsque la faim se fait trop impérieuse...