Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Les plaisirs de la Table : l'importance des ingrédients (Mireille Havet)

 

5421408348_8a4388b67e.jpgAprès avoir préparé son budget et adopté les meilleures  recettes, venons-en  désormais à la préparation du repas proprement dit.

 

Il nous faut des ingrédients de choix qu'il convient d'accommoder le plus dignement possible.

 

Prenons, par exemple, le canard, non pour en faire un plat de résistance, ce qui est si banal,  mais pour en faire une entrée.

 

La Gazette vous propose de débuter ce repas par une soupe onctueuse de canard.

 

Sous la plume d'un écrivain français du début du XXème siècle oublié, le mets ne peut être que mémorable...


****

LA SOUPE AUX CANARDS


"Les canards, la tête sous leur aile, bien sages, au bord de la mare, attendent que le soir sonne au village pour rentrer à la ferme.

Les canards la tête sous leur aile.

Et au village, dans les marmites, la soupe chante très fort et très vite ; dans toutes les marmites elle chante et le village lui-même est comme une grande marmite où toutes les odeurs différentes des soupes se mêlent pour s'envoler par-dessus les chaumes comme un son de cloche et aller dire aux autres villages, aux villages de toute la terre : « Le soir est descendu chez nous et les troupeaux rentrent aux étables. »

 Chez le cordonnier qui, tout le jour, a enfoncé des clous dans du cuir bien dur, cuit une soupe de pommes de terre. Mais chez le forgeron, qui vient d'arrêter son soufflet pour arroser ses géraniums en attendant le dîner, c'est une soupe aux carottes et aux navets. Là-bas, où la lumière brille déjà, c'est une soupe aux choux verts. Mais là, à la ferme ! quelle soupe est-ce donc ?

 Les canards, les pieds dans l'herbe, respirent le parfum qui passe au-dessus des arbres, parfum de légumes, de bois brûlé, des dernières fleurs ouvertes et de la mare elle-même, et les canards considérant cela comme un signal, en boitillant dans la vase, s'en retournent à la ferme. « Mais, à la ferme, quelle soupe ont-ils donc, ce soir, ça sent joliment bon », disent les canards. « A la ferme, quelle soupe ont-ils donc ? »

Avant de rentrer dans la cour, la mère cane compte ses enfants : « Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit... où est donc le neuvième ?  »

Les canards se regardent avec terreur.

Hé bien la soupe ! la soupe ! c'est une soupe au canard. Les canards reprennent alors le chemin de la mare et, la tête sous leur aile, bien sages, ils attendent... ils attendent pour rentrer à la ferme, que le petit frère soit mangé.

Les canards, la tête sous leur aile."

Proses et Poèmes, Mireille Havet
Revue Les Soirées de Paris n°26-27
(juillet-aout 1914)

http://fr.wikisource.org/wiki/Proses_et_Po%C3%A8mes#LA_SOUPE_AUX_CANARDS

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 06/06/2011 22:25



Pauvres petites canetons !


http://maisondeliza.over-blog.fr



Litteratus 07/06/2011 19:49



un seul est vraiment à plaindre...



flora 06/06/2011 16:57



Ah, le triste sort des canards... Mais ne serons-nous mangés nous-mêmes à notre tour, un soir, pour le plus grand plaisir d'un affamé?...



Litteratus 06/06/2011 17:31



Peut-être ...



Cristofol Michel 06/06/2011 09:23



Un joli conte pour enfants, pourrait-on dire, même si tous les canards ne sont pas au rendez-vous, une fois rentrés au bercail.



Litteratus 06/06/2011 13:04



En effet, il y en a qui mijote...