Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

Les maths en section littéraire (5)

 

Le feuilleton de la Gazette Littéraire : la section littéraire et les maths

Repères : thème des mathématiques : saynète

résumé : Il  a été indiqué dans les scènes précédentes qu’une violente dispute entre une mère et son petit garçon a eu lieu au sujet d’un problème de mathématiques. La réaction disproportionnée conduit la mère à consulter son médecin traitant. Ce dernier comprend rapidement que cette dernière souffre de névrose et la renvoie chez un psychothérapeute. Il est néanmoins interloqué par les propos de sa patiente. Il disserte longuement sur le « mal des » maths ! Aujourd’hui, a lieu le premier rendez-vous chez la psychothérapeute. La première consultation amène à comprendre l’origine de ce mal si mystérieux. La confession continue…


****

 Madame Duvauchelle 

Eh bien oui, parlez-moi de votre orientation en fin de seconde.

Anne Rouget

On me destina sans hésitation à la section littéraire, celle où l’on met les « mauvais » élèves. En général, une seule classe de ce niveau suffit : on y trouve généralement que des filles. Les rares éléments masculins peuvent être comparés à des énuques gardant un harem. La section littéraire les dévirilise du point de vue de la société. Je précise que c’est la seule classe qui ne reçoit jamais la visite du directeur lors de la remise des bulletins. Je ne crois pas que cela ait beaucoup changé ! Me voici donc, avec des coreligionnaires aussi bons que moi !

Madame Duvauchelle

Je me souviens en effet que l’on regardait les littéraires comme des étrangetés, des animaux au zoo…

Anne Rouget

Vous voyez très bien ce sentiment. Cette infamie qui marque de son sceau les pauvres littéraires. J’en étais.

Madame Duvauchelle

Comment avez-vous vécu ces deux années du point de vue de votre phobie ?

Anne Rouget

Beaucoup mieux ! Notre professeur, Monsieur Fournier, nous aimait bien je crois. Nous le faisions rire. Nos lacunes crasses étaient source de divertissement, et  puis il prenait le temps de nous réexpliquer avec patience et une bonne dose d’humour.

Madame Duvauchelle

Vous n’aviez plus de cauchemars et de plaques rouges ?

Anne Rouget

Non plus du tout ! Je ne ressentais plus aucun stress. Au contraire, je me souviens qu’on a beaucoup ri l’année de terminale. C’est une préparation particulière qui a donné ses fruits au bac…

Madame Duvauchelle

Parlez-moi de cette épreuve du baccalauréat.

Anne Rouget

J’ai passé cette épreuve à l’oral. Et j’ai eu 18 sur 20. Vous n’imaginez pas comme cette révélation que je vous fais aujourd’hui prend la forme d’une confession. Qu’est-ce qu’on a ri à mes dépens lorsque j’ai dû dire les circonstances de l’épreuve ! Les maths à l’oral ! On m’a demandé si j’avais mis une jupe, si j’avais bien souri ! La seule fois où j’ai pu avoir enfin une raison d’être fière de moi en maths, on l’a dénigrée ! J’ai vraiment été blessée…

Madame Duvauchelle

Et depuis, vous avez des palpitations chaque fois qu’un exercice de maths se présente à vous, n’est-ce pas ?

Anne Rouget

Oui, je ne supporte pas la vue d’un simple nombre s’il est associé à un autre. Je vois rouge ! Je dis voir, mais je pense à tous les autres sens, à l'ouie notamment. Lorsque j’entends un énoncé de maths, cela me met en transe !  Les mathématiques m’inspirent une douleur lancinante pour commencer qui devient poignante et qui culmine en un pic, transpiration et palpitations, je commence à m’énerver, à dire des choses insensées. Je ne sais pas comment m’en délivrer ! (elle pleure)

Madame Duvauchelle

C’est bien une phobie ! Je suis là pour vous permettre de lever cette difficulté. (Après un temps de silence) Aimez-vous la peinture ?

 

Repères à suivre : Aimez-vous la peinture ?

 

Commenter cet article