Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

Les haines tenaces par-delà le temps (Rollinat)

La mort d'un ennemi !

repères : thème de la vieillesse: présentation

Triste réjouissance

Après avoir vu les griefs qui peuvent germer dans le cœur de vieux époux, il existe aussi des haines tenaces qu’un vieillard peut conserver longuement. Il vous est proposé ce sonnet terrible d’un poète du XXème siècle, Maurice Rollinat. Il nous décrit la sourde revanche d’un paysan humilié qui voit arriver la mort de son ennemi avec bonheur. Mais on voit la césure dans ce poème qui montre ltoute l’inanité de la rancœur.

Il n’y pas de haine qui ne tienne….

Le vieux haineux

 
Ce mort qui vient là-bas fut un propriétaire
Qui lui fit dans sa vie autant de mal qu’il put.
Donc, le voilà debout, travail interrompu,
Pour voir son ennemi qu’enfin on porte en terre.

Regardant s’avancer la bière, il rit, se moque,
Et, tous ses vieux griefs fermentés en longueur
Que son clair souvenir haineusement évoque,
Un à un, triomphants, se lèvent dans son cœur.

Mais, pendant qu’il ricane au défunt détesté,
La terre, l’eau, l’azur, les airs et la clarté,
Tout est amour, tendresse, oubli, calme ! Il commence
À subir peu à peu cet entour de clémence ;


Toujours plus la Nature, en son large abandon,
Lui prêche le respect du mort et le pardon.
À la miséricorde enfin son âme s’ouvre,

Et, lorsque le cercueil passe en face de lui,
Il montre en son œil terne une larme qui luit,
Et, coudant le genou, s’incline et se découvre.

 

Paysage et paysans, Rollinat

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Vieux_Haineux

 

repères à suivre : présentation : « l’inutilité » des vieux (Jules Renard)

Commenter cet article