Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Les animaux du monde littéraire : le chant des grenouilles (Aristophane)

 

riviere

 

Après avoir fait la connaissance de l'odieux cerbère, découvrons aujourd'hui un autre animal mis en scène dans une pièce de théâtre d'Aristophane : la grenouille.

Précisons l'intrigue : Dionysos veut retrouver le poète Euripide qui vient de décéder. Il doit parcourir le chemin des Enfers en passant sur des marécages peuplés de grenouilles avec le Charon*.

Dionysos se trouve contraint de ramer, ce qui a pour effet de déclencher le chant des batraciens qu'il n'a pas l'air de goûter : le ton d'une dispute monte alors et c'est à celui qui chantera le plus fort...

Un dialogue d'une stupéfiante modernité !

***

Les Grenouilles:

Brekekekex coax coax, brekekekex coax coax ! Filles marécageuses des eaux, unissons les accents de nos hymnes aux sons de la flûte, le chant harmonieux coax coax, que nous entonnons dans le marais, en l'honneur de Dionysos de Nysa, fils de Zeus, lorsque la foule enivrée, le jour de la fête des Marmites, se porte vers notre temple. Brekekekex coax coax !

Dionysos:

Moi, je commence à avoir mal aux fesses. Oh ! coax coax! Mais vous n'en avez sans doute nul souci.

Les Grenouilles:

Brekekekex coax coax !

Dionysos:

Foin de vous avec votre coax ! Vous n'avez pas autre chose que coax ?

Les Grenouilles:

Et c'est tout naturel, faiseur d'embarras ! car je suis aimée des Muses à la lyre mélodieuse, de Pan aux pieds de corne, qui se plaît aux sons du chalumeau. Je suis chérie du Dieu de la cithare, Apollon, à cause des roseaux que je nourris dans les marais, pour être les chevalets de la lyre. Brekekekex coax coax !

Dionysos:

Et moi, j'ai des ampoules, et depuis longtemps le derrière en sueur, et bientôt, à force de remuer, il va dire « Brekekekex coax coax ! » Aussi, race musicienne, cessez.

Les Grenouilles:

Nous allons donc crier plus fort. Si jamais, par des journées ensoleillées, nous avons sauté parmi le souchet et le phléos, joyeuses des airs nombreux qu'on chante en nageant ; ou si, fuyant la pluie de Zeus, retirées au fond des eaux, nous avons mêlé nos chœurs variés au bruissement des bulles, répétons : Brekekekex coax coax !

Dionysos:

Je vous l'interdis.

Les Grenouilles

Nous en souffrirons cruellement.

Dionysos

Et moi, plus cruellement encore, de crever en ramant.

Les Grenouilles:

Brekekekex coax coax !

Dionysos:

La peste soit de vous !

Les Grenouilles:

Peu m'importe ! Tant que notre gosier y suffira, tout le long du jour nous crierons : Brekekekex coax coax !

Dionysos

Vous ne l'emporterez pas sur moi.

Les Grenouilles

Ni toi sur nous.

Dionysos

Ni vous sur moi, jamais. Car je chanterai toute la journée : « Brekekekex coax coax, » jusqu'à ce que je domine votre coax.

Les Grenouilles et Dionysos:

Brekekekex coax coax !

Dionysos:

Je devais finir par faire cesser votre coax.

Charon:

Assez, assez ! Un dernier coup de rame. Débarque, et paie ton passage.(...)"

Les Grenouilles, Aristophane,

source : http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Grenouilles

* le nocher est celui qui conduit une embarcation.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi La quête des sens : l'ouïe (Notre Dame de Paris, Victor Hugo)

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 04/02/2011 17:56



Cette pièce est une charge contre les  "jouteq littéraireq" - exercice qui était très à la mode en ce temps !



Litteratus 05/02/2011 13:01



une attaque en règle contre Euripide !



flora 04/02/2011 13:18



Très drôle : à chacun ses armes!



Litteratus 05/02/2011 12:55



qui fera le plus de bruit ?



Mariecruche 04/02/2011 09:01



Ah, Brekekekex !  C'est comme Ototototototoï ... Onomatopées inoubliables depuis les années collège ...



Litteratus 05/02/2011 12:55



Vive les onomatopées  !