Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Les animaux du monde littéraire : la classification des espèces (Buffon)

5065798104_9209e4f59c.jpg

 

Quittons -un instant- le monde de la création purement littéraire, venons-en aujourd'hui au point de vue scientifique.

 

Comment parler d'animaux sans les connaître précisément ?

 

Un savant célèbre, naturaliste et écrivain du XVIIIème  siècle, a procédé à la rédaction d'une classification des espèces animales décrites et comparées. Sa démarche scientifique et son œuvre ont influencé notamment Darwin.


Découvrons aujourd'hui un extrait relatif à la description de l'animal le plus proche de l'homme : le singe.

 

Apprécions le travail de précision....


***

 

  "J’appelle singe un animal sans queue, dont la face est aplatie, dont les dents, les mains, les doigts et les ongles ressemblent à ceux de l’homme, et qui, comme lui, marche debout sur ses deux pieds : cette définition tirée de la nature même de l’animal et de ses rapports avec celle de l’homme, exclut, comme on voit, tous les animaux qui ont une queue, tous ceux qui ont la face relevée ou le museau long ; tous ceux qui ont des ongles courbés, crochus ou pointus ; tous ceux qui marchent plus volontiers sur quatre que sur deux pieds. D’après cette notion fixe et précise, voyons combien il existe d’espèces d’animaux auxquels on doive donner le nom de singe. Les anciens n’en connaissaient qu’une seule ; le pithecos des Grecs, le simia des Latins, est un singe, un vrai singe ; et c’est celui sur lequel Aristote, Pline et Galien ont institué toutes les comparaisons physiques, et fondé toutes les relations du singe à l’homme ; mais ce pithèque, ce singe des anciens, si ressemblant à l’homme par la conformation extérieure, et plus semblable encore par l'organisation intérieure, en diffère néanmoins par un attribut qui, quoique relatif en lui-même, n'en est pas moins essentiel : c'est la grandeur ; la taille de l'homme en général est au-dessus de cinq pieds ; celle du pithèque n'atteint guère qu'au quart de cette hauteur ; (...) »

 

Histoire Naturelle, Buffon (tome 7) source:

http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Buffon_-_Imprimerie_Royale,_1775,_tome_7.djvu/12

 

gazette-tetiere.jpg

  Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être Un système de pensée : l'avènement du positivisme (Auguste Comte)

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ASP 18/02/2011 13:31



Et bien ... je trouve qua comparer de façon si précise le singe et l'homme n'est pas très sympa .... pour le singe bien sûr!!



Litteratus 20/02/2011 17:39



Bien sûr !



lyly 10/02/2011 19:20



Avec ce thème on empreinte des chemins fort intéressants, comme celui-ci par


exemple !


J'ai beaucoup de respect pour ce travail si minutieux d'observations !


 



Litteratus 10/02/2011 19:47



Je me voyais mal éluder ce grand scientifique qui savait écrire...



lizagrèce 10/02/2011 15:57



Je pensais la même chose et je coryais me tromper dnc ça conforte ma première impression



Litteratus 10/02/2011 16:01



tu te trompes rarement !


 



lizagrèce 09/02/2011 23:23



Visiblement Buffon faisait de bonnes descriptions mais travaillait-il sur autre chose que l'observation physique ? Je ne sais pas s'il écrivait sur le omportement de l'animal.



Litteratus 10/02/2011 13:31



je pense que l'étude des comportements de nos amis les bêtes est bien plus récente...