Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Les affres de la mésalliance (Stendhal)

 

Les affres de la mésalliance (Stendhal)

Repères : thème du mariage : présentation

 

La vanité d'un père

Après avoir examiné dans l'article précédent, l'aspect social que revêt le mariage, découvrons aujourd'hui qu'une union peut même être considérée comme une véritable mésalliance.

Si la littérature regorge de mariages désavoués par la famille, il reste un cas qui illustre bien les vanités qui de part et d'autre permettent d'arranger bien les choses.

 

Dans le Rouge et le Noir, il est question de régulariser la fâcheuse position dans laquelle Julien Sorel a mis Mathilde de la Mole. Enceinte, cette dernière veut se marier sans délai avec l'homme qu'elle aime. Le père de la jeune fille n'y consent qu'avec une extrême répugnance ; il cherche en premier lieu à le pourvoir de biens et de titres pour le rendre socialement plus présentable. De son côté, Julien est loin d'être insensible à ces attentions...

 

Dans l'extrait qui vous est proposé aujourd'hui, retrouvez les états d'âme d'un père :  le mariage annoncé le ronge... 

****

"Pendant les six semaines qui venaient de s’écouler, tantôt poussé par un caprice, le marquis avait voulu enrichir Julien ; la pauvreté lui semblait ignoble, déshonorante pour lui M. de La Mole, impossible chez l’époux de sa fille ; il jetait l’argent. Le lendemain, son imagination prenant un autre cours, il lui semblait que Julien allait entendre le langage muet de cette générosité d’argent, changer de nom, s’exiler en Amérique, écrire à Mathilde qu’il était mort pour elle… M. de La Mole supposait cette lettre écrite, il suivait son effet sur le caractère de sa fille…

Le jour où il fut tiré de ces songes si jeunes par la lettre réelle de Mathilde après avoir pensé longtemps à tuer Julien ou à le faire disparaître, il rêvait à lui bâtir une brillante fortune. Il lui faisait prendre le nom d’une de ses terres ; et pourquoi ne lui ferait-il pas passer sa pairie ? M. le duc de Chaulnes, son beau-père, lui avait parlé plusieurs fois, depuis que son fils unique avait été tué en Espagne, du désir de transmettre son titre à Norbert…

 

Le Rouge et le Noir, Stendhal, chapitre 64

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Rouge_et_le_Noir/Chapitre_LXIV

 

repères à suivre : présentation : le mariage, une libération (Molière)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article