Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le Tour de France : Daudet et la Provence

Le tour de France nous conduit sur les terres de Daudet et de la saveur des contes pittoresques de l'arrière pays de Provence

Provence, tour de france, Daudet, littéraire

 

Repères : Tour de France: Daudet et la Provence 

Dans l'article précédent, nous étions dans les Pyrénées avec Hugo, aujourd'hui nous faisons une halte en Provence.

Provence

Le ciel bleu, le soleil brûlant, le parfum du thym et du romarin, la garrigue...

La Gazette s'arrête aujourd'hui sur les terres de Provence.

Retrouvons Avignon, capitale du Vaucluse, célèbre pour le fameux pont chanté si souvent par les plus jeunes...

Découvrons ensemble le Palais des papes, monument du 14ème siècle, classé au patrimoine mondial de l'Unesco. 

Une ville animée et toujours dynamique.

Daudet

Daudet ne pouvait que nous accompagner. Auteur emblématique des contes et légendes provençaux, il a su restituer avec ses mots une culture d'une richesse incroyable mélangeant humour, ironie mordante avec un brin de poésie.  Jubilatoire !

***

"Qui n’a pas vu Avignon du temps des Papes, n’a rien vu. Pour la gaieté, la vie, l’animation, le train des fêtes, jamais une ville pareille. C’étaient, du matin au soir, des processions, des pèlerinages, les rues jonchées de fleurs, tapissées de hautes lices, des arrivages de cardinaux par le Rhône, bannières au vent, galères pavoisées, les soldats du Pape qui chantaient du latin sur les places, les crécelles des frères quêteurs ; puis, du haut en bas des maisons qui se pressaient en bourdonnant autour du grand palais papal comme des abeilles autour de leur ruche, c’était encore le tic tac des métiers à dentelles, le va-et-vient des navettes tissant l’or des chasubles, les petits marteaux des ciseleurs de burettes, les tables d’harmonie qu’on ajustait chez les luthiers, les cantiques des ourdisseuses ; par là-dessus le bruit des cloches, et toujours quelques tambourins qu’on entendait ronfler, là-bas, du côté du pont. Car chez nous, quand le peuple est content, il faut qu’il danse, il faut qu’il danse ; et comme en ce temps-là les rues de la ville étaient trop étroites pour la farandole, fifres et tambourins se postaient sur le pont d’Avignon, au vent frais du Rhône, et jour et nuit l’on y dansait, l’on y dansait… Ah ! l’heureux temps ! l’heureuse ville ! Des hallebardes qui ne coupaient pas ; des prisons d’État où l’on mettait le vin à rafraîchir. Jamais de disette ; jamais de guerre… Voilà comment les Papes du Comtat savaient gouverner leur peuple ; voilà pourquoi leur peuple les a tant regrettés !…"

La mule du pape, extrait des lettres de mon moulin, Daudet

Wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_de_mon_moulin/La_mule_du_Pape

repère à suivre :  Pétraque et le Mont Ventoux 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 09/11/2010 11:15



Bonjour Litteratus,
Je ne suis pas inspiré par cet article... je passe ausuivant.
Jean-Yves



Litteratus 09/11/2010 19:52



n'hésite pas à passer...



lyly 16/07/2010 10:49



Bonjour L


C'est une ville faite pour la fête, elle a su garder ce caractère !


J'ai aimé cette liste des anciens métiers que l'on ne connaît plus


Belle journée, bises, Lyly



Litteratus 01/08/2010 18:35



La fête, c'est aussi la vie !



Pascal 16/07/2010 10:23



Mais non, le bon peuple ne regrette plus depuis qu'Arles-Avignon est en Ligue 1 de football ! a+Lit


PS : on a les références que l'on peut !



Litteratus 01/08/2010 18:34



Je ne le savais pas ! Heureusement que tu es là pour me tenir informée du monde sportif !