Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le Tour de France : Victor Hugo et les Pyrénées

Le tour de France littéraire fait une halte à Cauterêts dans les Pyrénées, haut lieux du thermalisme à son apogée au XIXe siècle et qui a accueilli la famille Bonaparte, mais aussi des écrivains de premier plan : George Sand, Chateaubriand et Victor Hugo.

cauterêts, Auteurs, ecrivains, George Sand, Hugo

 

 

Repères: Tour de France : Victor Hugo et les Pyrénées 

Dans l'article précédent, nous avons fait une étape dans le pays basque avec le naturaliste Quatrefages, arrêtons-nous dans les Pyrénées pour une marche bien méritée. Allons à la découverte d'une nature préservée : Cauterêts.

Thermalisme

Un écrivain célèbre, natif de la Franche-Comté, aimait lui-aussi cette région devenue à la mode dès la Révolution de Juillet 1830, avec le début du thermalisme. Autour des thermes, on crée des infrastructures touristiques, grands hôtels, casino. On y mène grand train entre bals et ballades dans la montagne. Le succès est au rendez-vous, on s'y presse notamment le Gotha européen dont la famille Bonaparte. La reine Hortense de Hollande y vient ainsi en 1807.

On verra les années suivantes des écrivains célèbres venir à Cauterêts, George Sand, Chateaubriand, Heinrich Heine et Victor Hugo.

 

Victor Hugo

Victor Hugo est venu à Cauterêt en 1843 pour soigner ses rhumatismes et ses problèmes visuels. Il part avec sa maîtresse Juliette Drouet ; le couple voyagent incognito. Le poète se promène. Il emporte avec lui un carnet* pour des croquis, des notes, des impressions, mais dans lequel il colle aussi des fleurs. C'est une époque fructueuse pour le poète. Cette parenthèse se trouve fermée par l'annonce de la mort accidentelle de sa fille Léopoldine en septembre 1843.

Lisons aujourd'hui ce que Victor Hugo a écrit lorsqu'il était à Cauterêt.

"Nous marchons; il a plu toute la nuit; le vent

Pleure dans les sapins; pas de soleil levant;

Tout frissonne; le ciel, de teinte grise et mate,

Nous verse tristement un jour de casemate.

Tout à coup, au détour du sentier recourbé,

Apparaît un nuage entre deux monts tombé.

Il est dans le vallon comme en un vase énorme,

C'est un mur de brouillard, sans couleur et sans forme.

Rien au delà. Tout cesse. On n'entend aucun son;

On voit le dernier arbre et le dernier buisson.

La brume, chaos morne, impénétrable et vide,

Où flotte affreusement une lueur livide,

Emplit l'angle hideux du ravin de granit.

On croirait que c'est là que le monde finit

Et que va commencer la nuée éternelle.

Borne où l'âme et l'oiseau sentent faiblir leur aile,

Abîme où le penseur se penche avec effroi,

Puits de l'ombre infinie, oh! disais-je, est-ce toi ?

Alors je m'enfonçai dans ma pensée obscure,

Laissant mes compagnons errer à l'aventure."

Pyrénées, 28 août.

Toute la Lyre, recueil posthume 1893, II, VI nous marchons, Victor Hugo

Wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/Toute_la_lyre/II#VI_Nous_marchons.3B

note : Carnet de Victor Hugo, Gallica

*https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100843282/f26.image

repère à suivre : Daudet et la Provence

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 03/11/2010 15:09



Parfois la mémoire est là ! Ton article m'a rappellé tout de suite un des articles de "LA MANSARDE" : http://adeesselles.over-blog.com/article-35368931.html
Jean-Yves



Litteratus 03/11/2010 18:44



Tu penses bien que cela m'avait tout à fait inspirée !



lizagrèce 14/07/2010 23:44



Quelle magnifique description !



Litteratus 15/07/2010 09:21



La montagne sous un aspect rarement décrit !



pascal 14/07/2010 13:44



Déjà ça part mal : 'le vent pleure dans les sapins...'


Hé, Victor, un petit effort ...  a+ Lit



Litteratus 14/07/2010 17:43



 !



lyly 14/07/2010 11:12



Bonjour L


Un écrit magnifique où je trouve tous les pourquoi je n'aime pas la montagne !


Merci pour ce partage que je garderai en mémoire


Belle journée, bises, Lyly



Litteratus 14/07/2010 13:21



La littérature qui confirme ses impressions, on touche à l'essentiel !


très bonne journée, Lily !