Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le Tour de France : Quatrefages à Biarritz ( Souvenirs d'un Naturaliste)

Le Tour de France nous conduit au Pays basque avec un naturaliste du XIXe siècle, Quatrefages.

naturaliste, pays basque, Quatrefages,

 

Repères: Tour de France : Pays basque

Dans l'article précédent, nous étions avec Mauriac à Malagar, nous voici aujourd'hui dans le pays basque.

Voyage

Comment voyageons-nous ? Avec un carnet et un stylo pour nous permettre de noter les choses qui frappent l'esprit ? Dessinons-nous ? Prenons-nous des clichés photographiques ?

Quatrefages

La Gazette vous propose de lire les carnets d'un naturaliste du XIXème siècle en quête de connaissances sur le milieu naturel (sol, plantes, animaux...).

Ce dernier arrive à Biarritz et entend découvrir la région en respectant les usages...

Morceaux choisis...

"Tout étranger, en arrivant à Bayonne, va visiter Biarritz. Je me gardai bien de manquer à l'usage et me mis aussitôt en quête des moyens de transport. Jadis la course se faisait en cacolet. Sur le dos d'une monture quelconque, cheval ou mulet, on plaçait un appareil assez semblable au double panier de l'âne. Le voyageur s'asseyait d'un côté et avait pour contre-poids la cacolétière, belle Basquaise aux yeux noirs, à l'esprit vif, à la repartie prompte. On suivait des sentiers sablonneux où trotter était impossible. La conversation s'engageait, la route s'allongeait d'autant, et bien des fois le touriste et son guide se reposaient dans les grottes de la Chambre d'amour. Les progrès de la civilisation, le besoin de communications plus rapides et plus fréquentes, ont mis fin à ces voyages pittoresques. Une route passablement entretenue a relié Biarritz à Bayonne. Omnibus et coucous, décorés du nom de diligences, l'exploitent avec une activité que redouble la concurrence de nombreux cabriolets; mais, sur leurs banquettes poudreuses et fort mal rembourrées, plus d'un voyageur, j'en suis certain, a regretté le cacolet.

Quoi qu'il en soit, Biarritz vaut bien une heure passée à avaler la poussière et à supporter les cahots. Ce village est la réalisation d'un joli décor d'opéra-comique. Qu'on se figure un plateau à mi-côte, suivi d'une gorge profonde rapidement inclinée vers la mer, encaissée dans les montagnes et les rochers, avec ses précipices et ses ravines, tout cela abrupt et sauvage, mais réduit aux proportions de la miniature tel devait être Biarritz avant de devenir un des plus célèbres bains de mer de notre midi. Ses deux collines avancent dans la mer en forme de cap à deux pointes. A gauche, à la Pointe des Basques, commence une haute falaise, qui se prolonge au loin vers le sud. A droite, l’Atalaï sème sur toute la Côte des Fous ses roches percées, ses écueils isolés, tous plus ou moins bizarrement façonnés par les vagues qui les rongent rapidement. Entre la Pointe des Basques et l'Atalaï se trouve le Port-Vieux, d'où partaient autrefois, tous les ans, plusieurs navires baleiniers, et qui, perdant chaque jour en étendue, n'abrite plus aujourd'hui que quelques barques de pêcheurs. C'est dans ce cadre admirable que sont dispersées les habitations. Les unes, occupant le plateau et le fond de la vallée, forment la place du village et sa rue principale; les autres sont groupées çà et là un peu au hasard et au gré des accidens du terrain. Toutes, avec leurs volets verts qui se détachent sur des murs éclatans de blancheur, ont un air de propreté et d'aisance bien fait pour attirer les baigneurs. Aussi cette population nomade afflue-t-elle à Biarritz, qui tend chaque année davantage à devenir un lieu de rendez-vous bien moins pour les malades que pour les amis du plaisir.

Souvenirs d'un Naturaliste, Quatrefages, revue des Deux Mondes

Wikisource: http://fr.wikisource.org/wiki/Souvenirs_d%27un_Naturaliste/08

repère à suivre :  Victor Hugo et les Pyrénées 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 03/11/2010 14:53



Tu penses bien que je me suis empréssé d'aller voir ce qu'était un "cacolet". Ma curiosité ne s'est pas arrêté là, j'ai poussé le vice jusqu'à aller voir ce qu'était "la cacolétière dans google
et là Oh ! Surprise ! Il me corrige le résultat pour suggérer ""chocolatière"... hi hi hi  le lien suivant était le lien de wikisource ouf !
En lisant l'article je me disait bien qu'il fallait quelque chose pour contre-balancer le poids du passager ! Je ne suis pas aller à Bayonne, ni à Biaritz, mais à  Saint-Jean de Luz, escale
de jeunesse (en autocar) qui nous emmenait au Maroc, via l'Espagne et le Portugal trop jeune à l'époque pour apprécier un tel périple...
Jean-Yves



Litteratus 03/11/2010 18:44



J'aime ton esprit méthodique !



lizagrèce 13/07/2010 23:26



L'appareil photo est mon compagnon de route favori. J'écris après. Souvent longtemps après. Les impressions laissées de ci-de-là et c'est ma mémoire qui me sert de carnet.


Sinon voyage-t-on toujours en cacolet à Birarritz ?



Litteratus 14/07/2010 13:25



Tu dois avoir une mémoire visuelle. J'ai besoin de noter et de dessiner sur un carnet quand je visite. Cela peut donc prendre un certain temps !



Pascal 13/07/2010 21:36



Si ce n'était pas si loin (de Paris, de Calais, etc.) on serait peut-être plutôt à Biarritz qu'à Arles. Le texte montre combien ç chouette.


St Jean de Luz aussi avec son Maire si célébre. Et hop Lit va immédiatement voir sur wiki qui est le maire de St Jean, à moins qu'elle ne le sache déjà ! Alors ?


a+ Lit



Litteratus 14/07/2010 13:18



j'aime bien les devinettes et celle-là est hyper facile... Mam évidemment comme l'était son père...!


next ?



lyly 13/07/2010 18:28



Bonsoir L


Très belle escale à Biarritz, encore une ville coup de coeur !


Quelle jolie description il en a fait !


Je vois que je peux te suivre les yeux fermés dans ce tour de France


Très belle soirée, bises, Lyly 



Litteratus 13/07/2010 20:00



Merci Lyly, encore des découvertes en perspective !