Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le Tour de France : Jules Renard et la Manche

Le Tour de France littéraire nous conduit dans la Manche en compagnie de Jules Renard et d'un extrait d'un roman intitulé l'écornifleur, c'est à dire l'importun.

 

Tour de France, littéraire, Jules Renard, l'écornifleur, manche

 

Repères: Tour de France: Jules Renard et la Manche 

Dans l'article précédent, nous étions en baie de Somme avec Jules Verne, aujourd'hui, nous sommes dans la Manche avec un autre écrivain, Jules Renard et son roman, l'écornifleur.

L'écornifleur

Qui a envie de respirer le bon air iodé de la mer et de se ressourcer dans cet élément marin propice à la méditation ?

Certainement pas l'écornifleur, c'est à dire l'importun, autrement dit le parasite qui vit aux frais de Monsieur et Madame Vernet. Ces derniers ont invité Henri à la mer qu'il découvre pour la première fois de sa vie.

Une émotion ? Un sentiment de plénitude ? Nullement, il trouve que la mer est somme toute assez surfaite...

Voici un dialogue surprenant entre Henri et Madame Vernet : une scène d'anthologie !

Extrait

"Henri : Regardez : la mer, c’est une belle femme qui, très soignée dans sa mise extérieure, tiendrait mal ses dessous.

Madame Vernet : Expliquez-vous.

Henri : Je dis qu’elle a de la crasse sous sa chemise. Voyez son lit : un mendiant n’y coucherait pas. Est-ce sale ? Les os de sèche y traînent comme des peignes. Les vers, comme une gale, boursouflent la vase. Que pensez-vous de ces crabes attardés, vermine grouillante ?

Madame Vernet : Assez, je vous en prie.

Henri : Non, la mer s’est moquée de nous tout à l’heure. J’ai le droit de l’insulter, et j’ajouterai qu’elle sent mauvais. Ce petit port m’écœure comme un nez punais. Ne dirait-on pas un fond de mare, dans une ferme mal tenue, que des canards ont dallé de leur fiente ?

Madame Vernet : Voyons, mon ami.

Henri : Non, non, laissez-moi dire. Je n’aime pas qu’on m’en fasse accroire.

Divaguant ainsi, je ramenai Madame Vernet à la maison. J’avais envie de décrier. Une dépêche de Monsieur Vernet nous annonçait son retour. Dans deux jours il serait là, et je n’avais encore tiré aucun parti de la solitude. Je désirais Madame Vernet, je craignais de ne pas réussir, je redoutais son mari, et, tout en estimant qu’il serait plus crâne de l’attendre, je me blâmais sévèrement à cause du temps perdu."

L'écornifleur, Jules Renard

Wikisource: http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99%C3%89cornifleur#X_MIS.C3.88RE_DE_MIS.C3.88RE_.21

repère à suivre : Proust à Cabourg

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 08/12/2010 20:08



Celui-ci ne m'inspire pas à moins que ce ne soit la musique que j'écoute qui m'a perturbé et m'a empêché de me concentrer :-)
Jean-Yves



Litteratus 09/12/2010 18:19



C'est la musique qui est la fautive !