Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le temps de la poésie

Le thème du temps dans la littérature est un sujet poétique par excellence comme en témoignent deux poèmes classiques, Mignonne, allons voir si la Rose, de Ronsard et L'ennemi de Baudelaire.

 

Repères: thème du temps: vers et prose 

Durant le mois, nous avons évoqué le thème du temps au regard de la prose, il est temps de contempler le temps sous le prisme poétique.

Vers

Quel est donc notre rapport avec le temps ?

Comment pourrions-nous l'évoquer ? C'est un exercice complexe voire redoutable pour nous tous ; si nous ne pouvons pas éluder la réalité du temps qui passe, il est plus sage de laisser à d'autres la mise en forme de nos inquiétudes...

La Gazette vous propose de vous remémorer deux poésies célèbres et classiques sur ce thème. Ronsard utilise une comparaison aux accents  épicuriens entre la rose et la beauté d'une femme rappelant la fugacité de la jeunesse ; Baudelaire exprime avec une vigueur incroyable que le temps est notre ennemi commun.

Deux poésies sublimes qui impliquent que nous prenions le temps de les apprécier ...

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la Rose,
Qui ce matin avoit desclose

Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en un peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las, las, ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !


Donc, si vous me croyez, Mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur, la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Pierre de Ronsard, les Odes.

****

L'ennemi

Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?

- Ô douleur ! ô douleur ! Le temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cour
Du sang que nous perdons croît et se fortifie
!

Charles Baudelaire, les Fleurs du mal.

Repère à suivre: proverbes et citations 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 19/01/2010 14:52


Le temps j'en manque en ce début d'année pour faire tout ce que je voudrais... aller encore 276 articles à lire à ce jour...
Dur dur la lecture du premier texte.

MEILLEURS VOEUX 2010

Je t'embrasse
Jean-Yves


LITTERATUS 19/01/2010 15:02


276 articles ? une paille ! BON COURAGE


lyly 27/12/2009 10:56


Bonjour L

Prendre le temps de relire ces classiques est agréable

Merci à toi de nous les proposer

Bises, Lyly


LITTERATUS 27/12/2009 17:10


Relire les classiques nous offre la possibilité de concevoir que les problématiques de la vie sont universelles.


martine 25/12/2009 20:14


"Le temps est un grand maître, dit-on. Le malheur est qu'il tue ses élèves."
(Hector Berlioz)
Bonnes fêtes !


LITTERATUS 26/12/2009 10:52



J'ignorais le sens de la formule de Berlioz ! merci et bonnes fêtes également !



lizagrèce 25/12/2009 13:52


Le temps de Ronsard est  plus léger ... moins... ravagé ... Même si, après tout,  je préfère de loin  les outrages de Beaudelaire


LITTERATUS 26/12/2009 10:49



le temps, obscur ennemi, formule merveilleuse !



flora 24/12/2009 16:05


Heureusement, en effet, que les poètes sont là pour dire, mieux que nous ne puissions le faire, les choses de la vie... Quand je pense que jeune, les adultes me cassaient les pieds avec leurs
éternelles jérémiades sur la jeunesse fugace, sur la chance que j'avais (et que je ne percevais pas forcément) d'avoir 20 ans! Et maintenant... J'essaie tout de même de trouver la saveur
particulière à toutes les étapes pour devenir une vieille dame joyeuse et indigne, rien que pour démentir Ronsard!


LITTERATUS 25/12/2009 11:31


Je suis bien d'accord la notion du temps qui passe est bien relative à 18 ans ...